Jeunesse et formation

Eva Qamaniq Aariak naît et grandit à Arctic Bay, une petite collectivité du nord de l’île de Baffin (dans la région de Qikiqtaaluk, au Nunavut). Son père, Eric Mitchell, est d’ascendance écossaise et travaille pour la compagnie d’art Canadian Arctic Producers. Bien qu’Eva établira plus tard des liens avec son père, elle est élevée par son père adoptif, Aliguq, qui travaille pour la Compagnie de la Baie d’Hudson à Arctic Bay. Sa mère, Kautaq, est traductrice à l’infirmerie d’Arctic Bay, et élève sept enfants.

Eva Aariak fréquente une école de formation professionnelle à Churchill, au Manitoba. Elle reçoit plus tard son diplôme d’études secondaires à Ottawa, en Ontario, et obtient des certificats d’études post-secondaires en gestion des affaires et enseignement.

Début de carrière

De retour dans le Nord, Eva Aariak occupe plusieurs emplois, notamment d’éducatrice, de traductrice et de productrice de livres d’enfants. Elle travaille également comme journaliste de télévision et animatrice de radio pour la Canadian Broadcasting Corporation (CBC).

Très active dans la communauté, Eva Aariak devient, entre autres engagements, membre du Conseil d’éducation d’Arctic Bay, présidente de la Chambre de commerce régionale de Baffin et directrice du service de formation et de développement du ministère des Ressources humaines du gouvernement du Nunavut.

Travaux sur les langues inuites

Tout au long de sa vie, la grande passion d’Eva Aariak reste l’étude des langues et, particulièrement, de l’inuktitut et l’inuinnaqtun. (Voir aussi Langues autochtones au Canada.) Les postes qu’elle occupe lui donnent l’occasion d’approfondir sa connaissance de ces langues, à la fois à l’intérieur de leurs communautés linguistiques respectives et dans le contexte plus large des langues anglaise et française au Canada. Elle inspire l’amour des langues inuites aux jeunes alors qu’elle est coordinatrice de la publication des livres en inuktitut pour le Conseil scolaire de division de Baffin, qui a pour objectif de préserver l’intégrité des langues nordiques dans les livres pour enfants.

En 1999, l’année où le Nunavut acquiert le statut de territoire, Eva Aariak devient sa première commissaire aux langues. Ce mandat lui donne l’occasion de faire progresser la connaissance et l’utilisation des langues inuites au sein des services publics. Elle contribue à faire de l’inuktitut et l’inuinnaqtun des langues de travail du gouvernement territorial, et jette les bases de projets de lois qui deviendront la Loi des langues officielles et la Loi de protection de la langue inuite. Elle collabore à la traduction en syllabaire d’interfaces logicielles de Microsoft et à l’ajout de nouveaux mots au lexique inuktitut, comme ikiaqqivik, un mot qui désigne Internet et qui se traduit par « voyager à travers des couches ».

Après son mandat de commissaire, elle ouvre Malikkaat, un commerce populaire d’arts et d’artisanat, et enseigne l’inuktitut au centre Pirurvik d’Iqaluit.

Eva Aariak est nommée à nouveau commissaire aux langues en 2007, mais elle quitte son poste peu après pour se porter candidate à l’Assemblée législative du Nunavut.

Carrière politique

Le 27 octobre 2008, Eva Aariak remporte le siège d’Iqaluit East dans la troisième élection territoriale du Nunavut, et devient la seule femme élue à l’Assemblée législative du Nunavut, qui comporte 19 sièges. Le 14 novembre 2008, elle est désignée deuxième première ministre du Nunavut, battant Paul Okalik et un troisième candidat au poste de premier ministre, Tagak Curley. Elle est la cinquième femme à diriger un gouvernement provincial ou territorial au Canada.

Parmi les priorités d’Eva Aariak, on retrouve la lutte contre la pauvreté dans le territoire, les enfants et la jeunesse, les langues inuites et la mise en valeur du riche réservoir de richesses naturelles du Nunavut afin de soutenir la croissance de la région et la prospérité de ses citoyens.

Le 5 septembre 2013, Eva Aariak annonce qu’elle ne briguera pas un deuxième mandat de premier ministre. Elle est défaite par George Hickes Jr dans l’élection suivante, le 28 octobre 2013. Dans cette quatrième élection territoriale au Nunavut, Eva Aariak perd son siège dans Iqaluit-Tasiluk par 43 voix.

Vie personnelle

Eva Aariak a élevé quatre enfants, Karliin, Jordan, Shawn et Jari, et elle est grand-mère. Elle réside actuellement à Iqaluit et elle continue à travailler pour la préservation et la promotion des langues inuites et des droits ancestraux.

Prix et distinctions

Le 25 septembre 2014, Eva Aariak reçoit un prix EVE d’À voix égales, une organisation qui promeut l’élection de femmes en politique canadienne.