Ethnologie d'urgence

L'ethnologie d'urgence recueille des bandes sonores, des films, des photographies et des écrits des peuples INUITS, AMÉRINDIENS et MÉTIS du Canada dont la culture et la langue se perdent rapidement. Au cours des dernières décennies, nous avons assisté à la croissance dramatique des changements culturels et sociaux, ce qui mène à une érosion de la culture traditionnelle des premiers habitants du Canada. La priorité en recherche est accordée aux aspects de la langue et de la culture qui subissent les changements les plus rapides et qui nécessitent une documentation immédiate afin d'éviter qu'ils ne se perdent. Ces connaissances ont une importance particulière pour les descendants autochtones qui désirent conserver leur identité culturelle. Ces sont essentielles à la compréhension de la PRÉHISTOIRE et de l'histoire du Canada.

Après 1960, des contrats de recherches menées par le Musée national de l'Homme (voir MUSÉE CANADIEN DES CIVILISATIONS) ont reçu une attention spéciale après 1960 de la division d'ethnologie, qui a mis en oeuvre un programme d'ethnologie d'urgence en 1972. Les projets de recherche couvrent toutes les régions culturelles du Canada dont les Prairies, les régions boisées du Nord-Est et la région subarctique. L'ethnomédecine, l'ethnobotanique (voir aussi PLANTES, UTILISATION PAR LES AUTOCHTONES DES), le matériel culturel et la mythologie sont les priorités des travaux sur le terrain. Il existe aussi des projets en art (voir ART AUTOCHTONE), en écologie culturelle, en musique (voir LA MUSIQUE DES PREMIÈRES NATIONS, en histoire de la vie d'une personne et en GÉNÉALOGIE. L'ethnolinguistique a une importance particulière. Nulle part ailleurs la transgression de l'acculturation ne s'est fait sentir autant que dans la tradition orale et le langage lui-même.

Les langues autochtones qui ont survécu au Canada sont estimées à 50, bien que seulement trois d'entre elles soient parlées par plus de 5000 personnes (voir aussi AUTOCHTONES, LANGUES DES). Certaines des autres langues ont quelques chances d'être sauvegardées dans un avenir proche, mais la majorité d'entre elles sont en danger et au moins sept avaient déjà presque disparu au milieu des années 90, puisque seule une poignée de personnes âgées parlaient ces langues à cette époque.

Un programme d'ethnologie d'urgence exige non seulement un travail ethnographique sur le terrain, mais aussi le soutien du personnel technique et d'archivistes chevronnés. Le programme du Musée canadien des civilisations inclut la conservation de la correspondance volumineuse et la collection d'archives d'Edward SAPIR et de Diamond JENNESS, des pionniers en ethnologie au Canada. Au niveau technique, les travaux comprennent la conservation et la restauration de films qui se détériorent rapidement, dont les films de la vie des Esquimaux de Copper filmée entre 1913 et 1918 par l'EXPÉDITION ARCTIQUE CANADIENNE. Chaque année, la migration de plus en plus importante des autochtones vers les larges communautés modernes (voir AUTOCHTONES, MIGRATION URBAINE DES) entraîne la diminution du nombre de campements et du nombre d'hommes et de femmes qui vivent selon les traditions, accroissant ainsi l'importance de l'ethnologie d'urgence.