Douglas Joseph Cardinal, architecte (né le 7 mars 1934 à Calgary, en Alberta). Reconnu pour son engagement envers l’excellence et pour sa vision créatrice unique, il crée un style d’architecture canadienne autochtone caractérisé par des formes organiques gracieuses, qui défie sans cesse les normes d’ingénierie les plus avancées.

Enfance et formation

Douglas Cardinal est le fils de Joseph Trefflé Cardinal, un homme de descendance siksika (pied-noire) qui est garde forestier et garde-chasse, et de Frances Margarete Rach, une infirmière, la fille d’un immigrant allemand et membre de la famille Morin, un grand clan métis. Il est l’aîné de huit enfants. Il grandit dans la communauté générale et fréquente le pensionnat indien du Couvent de St. Joseph près de Red Deer, en Alberta, où il étudie la littérature et les beaux-arts (dessin et musique).

Accepté à l’École d’architecture de l’Université de la Colombie-Britannique en 1952, il y étudie pendant trois ans. C’est l’École d’architecture de l’Université du Texas, à Austin, qui lui offre la formation rigoureuse, mais ouverte au point de vue intellectuel, dont il a besoin pour concevoir l’architecture complexe et ondulante pour laquelle il est acclamé à travers le monde. Il obtient son diplôme avec mention en 1963.

Style architectural

Tout comme bon nombre d'architectes de l’Ouest canadien qui se développent au cours des années 1950, Douglas Cardinal cherche à interpréter les enseignements du modernisme européen en examinant une modification régionale du style international. Il est influencé en particulier par Antonio Gaudi, Frank Lloyd Wright et Le Corbusier. Ses œuvres de maturité harmonisent une attraction envers les édifices baroques italiens et espagnols à la partie expressionniste de l’architecture européenne moderne qui atteint son apogée en Allemagne juste après la Première Guerre mondiale.

Douglas Cardinal mettra en rapport son expérience directe de l’architecture de l’Ouest canadien (en particulier, l’expressionnisme des Prairies) et de l’architecture néo-baroque des églises mexicaines qu’il rencontrera au cours de ses voyages vers la fin des années 1950, avec sa formation formelle en architecture et en histoire de l’architecture. Cette connaissance fusionne avec son expérience sur le terrain de l’Ouest canadien, en particulier les Plaines et les badlands de l’Alberta, dans le développement des formes curvilinéaires massives qui représentent la particularité signataire de ses édifices.

Dans l’architecture de Douglas Cardinal, les principes de l’unité sans faille, de durabilité, de communauté, des bâtiments écologiques et de la conception écologique sont entremêlés à son sens aigu de la nature. Les conceptions qui en résultent sont caractérisées par des projets primés comme l’église St. Mary’s à Red Deer, en Alberta (1965-1968). Son désir d’intégrer ces principes dans son architecture l’amène à expérimenter avec les systèmes de conception et dessin assistés par ordinateur (CDAO). C’est au cours de la construction de l’église St. Mary’s que sa firme commence à employer les CDAO.

En 1981, Douglas Cardinal est reconnu comme pionnier mondial et leader en matière de CDAO. Sa firme est sélectionnée par le gouvernement fédéral comme site de démonstration pour essayer et faire avancer la technologie CDAO canadienne.

Les principaux édifices publics de Douglas Cardinal incluent le Collège régional de Grande Prairie dans la ville du même nom, en Alberta (1972-1976); l’édifice des services gouvernementaux de l’Alberta, à Ponoka, en Alberta (1977) ; et le Centre civique et culturel de St. Albert, dans la ville du même nom, en Alberta (1984), et de nombreuses écoles, dont chacun présente la courbe du mur extérieur, adapté aux programmes fonctionnels de plus en plus complexes.

Style d’architecture autochtone

Au cours des années 1990, Douglas Cardinal assume un rôle dirigeant en fournissant une définition architecturale aux buts et aux aspirations des communautés autochtones. Ses contributions incluent, entre autres : le plan directeur de l’Institute of American Indian Arts, à Santa Fe, au Nouveau-Mexique (1993); un plan directeur et la conception des bâtiments publics principaux du village cri Oujé‑Bougoumou, dans le Nord québécois (1994), qui lui mérite le Prix d’excellence des Nations-Unies pour sa conception durable et qui est célébré lors de l’Expo 200 à Hanover, en Allemagne; l’école intermédiaire Kainai, dans la réserve des Gens-du-Sang, en Alberta (1995); et le plan directeur et la conception du dessin de l’expansion du Collège indien fédéré de la Saskatchewan (aujourd’hui l’Université des Premières Nations du Canada), à Regina, en Saskatchewan (2003).

L’un des premiers projets à l’extérieur de l’Alberta et des Territoires du Nord-Ouest de Douglas Cardinal amène l’expressionnisme des Prairies au Canada central par le biais de la conception du Musée canadien des civilisations (aujourd’hui le Musée canadien de l’histoire) à Hull, au Québec, lequel est inauguré en 1989. Reconnu à travers le monde comme un bâtiment complexe au niveau technologique qui place l’architecture des musées dans une nouvelle perspective, le Musée canadien des civilisations est un bâtiment significatif du point de vue culturel, conçu pour accommoder un changement de perspective sur l’histoire autochtone et la culture nationale à la fin du XXe siècle.

En 1993, Douglas Cardinal obtient le contrat de conception du Musée national des Amérindiens du National Mall à Washington, DC, qui aboutit en une conception remarquable, complétée après l’exclusion de Douglas Cardinal du projet et faisant l’objet de controverses.

D’autres accomplissements incluent la conception de l’Institut culturel cri (2011) au Québec et le Centre de santé Meno Ya Win (2010) dans le Nord ontarien. Les œuvres de Douglas Cardinal incluent plusieurs plans directeurs, un centre des étudiants à l’Université de la Saskatchewan, un stade à Regina et des logements préfabriqués modulaires. Il conçoit aussi une galerie pour abriter la collection permanente du grand artiste autochtone Alex Janvier à Cold Lake, en Alberta. Ces projets démontrent à quel point la palette matérielle de Douglas Cardinal est devenue beaucoup plus variée, révélant sa volonté d’explorer sans cesse lors de ses conceptions.

Prix et honneurs

En 1990, Douglas Cardinal est nommé Officier de l’Ordre du Canada. Il reçoit le prix Molson du Conseil des arts du Canada en 1992 et le Prix national d’excellence décerné aux Autochtones en 1995. En 1999, il reçoit la médaille d’or de l’Institut royal d’architecture du Canada, qui représente l’honneur le plus élevé conféré à un individu au Canada. Il reçoit le Prix du Gouverneur général en arts visuels et médiatiques en 2001. En 2002, il reçoit la Médaille du jubilé d’or de la reine Elizabeth II et la Médaille du jubilé de diamant en 2012. En 2013, il a plus de 12 doctorats honorifiques (de la part de chaque grande université canadienne) en reconnaissance de sa contribution importante à l’excellence en architecture.

Collection Douglas Cardinal

Le bureau de Douglas Cardinal se trouve à Ottawa. La collection de dessins et de modèles Douglas Cardinal est archivée à l’Université Carleton, à partir de son travail de 1984. D’autres matériaux sont conservés dans les archives de l’Université de Calgary.