Dion, Céline

 Céline Dion. Chanteuse, comédienne (Charlemagne, près Montréal, 30 mars 1968). Sa mère est violoniste et son père, accordéoniste. Dernière d'une famille de 14 enfants (la plupart impliqués dans le monde du spectacle), elle chante à sept ans des chansons de Ginette Reno au restaurant de ses parents. Sa mère lui écrit sa première chanson, « Ce n'était qu'un rêve », et en expédie l'enregistrement à René Angélil, alors impresario de Ginette Reno. Impressionné, Angélil commande « La Voix du Bon Dieu » au parolier français Eddy Marnay et lui fait enregistrer son premier 45 tours. Angélil devient le premier et unique gérant de Dion.

En peu de temps, sa voix extraordinaire et sa simplicité conquièrent le Québec, et c'est le début d'une ascension fulgurante. En 1982, avec la chanson « Tellement j'ai d'amour pour toi », elle participe au Festival de la chanson de Tokyo où elle remporte le prix des musiciens et une médaille d'or pour la meilleure chanson. L'année suivante, elle représente le Canada au MIDEM (Marché international de la Musique) de Cannes et chante à l'émission « Champs-Élysées ». En mai, elle se produit avec l'Orchestre métropolitain à la Place des Arts, puis donne des récitals dans toute la province avant de recevoir un disque d'or en France pour sa chanson « D'amour ou d'amitié » (plus de 500 000 exemplaires vendus). Dion abandonne ses études à 15 ans pour se concentrer sur sa carrière. L'émission de télévision « Les Beaux dimanches » de la SRC lui consacre une émission. En 1983 également, elle mérite plusieurs trophées Félix, dont ceux de l'interprète féminine et de la révélation de l'année. Les 28 et 29 juillet 1984, elle chante devant 40 000 personnes au Vieux-Port de Québec. Peu après, le clergé québécois la choisit pour représenter la jeunesse lors de la visite du pape Jean-Paul II et interpréter « Une colombe » devant 65 000 jeunes réunis au Stade olympique de Montréal. Après avoir fait la première partie du spectacle de Patrick Sébastien à l'Olympia de Paris, elle part en tournée dans 15 villes du Québec.

À 18 ans, alors que son image de petite fille sage commence à lui peser, elle disparaît pendant un an et demi pour réapparaître, cheveux courts, en robes moulantes et à paillettes. Désormais, Céline Dion chante pour la jeunesse des chansons sur des rythmes enlevés. C'est ainsi qu'elle gagne le prix de l'Eurovision 1987, avec « Ne partez pas sans moi », et vend, en deux jours, 200 000 exemplaires du 45 tours en Europe. Le 45 tours Incognito, enregistré la même année, se vend à plus de 200 000 exemplaires au Québec. CBS (Sony) ayant investi dans sa carrière internationale, Céline Dion enregistre en 1990 son premier disque anglais, Unison, réalisé par David Foster de Los Angeles, Chris Neal de Londres, et Andy Goldmark de New York, qui se vend au Canada à plus de 100 000 exemplaires (« Where Does My Heart Beat » atteint la quatrième position du palmarès du magazine Billboard) et fut lancé dans 16 autres pays dont les États-Unis. Elle participe à plusieurs reprises à l'émission américaine « The Tonight Show » et devient rapidement une favorite du réseau des émissions-débats américaines. Récipiendaire des prix Juno de l'interprète féminine et de l'enregistrement de l'année en 1991, elle a déjà remporté 15 trophées Félix au cours de sa carrière. Elle soulève une légère controverse en 1990 lorsque, revendiquant son statut franco-canadien, elle refuse un trophée Félix pour artiste anglophone.

Percée sur le marché anglophone en 1992

L'année 1992 est reconnue comme un point tournant de la carrière de Dion. Son deuxième album en anglais, Celine, se vend à presque deux millions d'exemplaires dans le monde entier et devient son premier enregistrement certifié platine aux États-Unis. Une chanson de l'album, « If You Asked Me To », atteint la première place au Billboard. Ayant fait des progrès en anglais, Dion peut faire une tournée en Espagne, en Italie, au Royaume-Uni, en Nouvelle-Zélande, en Australie et au Japon. Elle chante aux Academy Awards (un duo de « Beauty and the Beast », qui gagne dans la catégorie de la meilleure chanson originale). L'enregistrement remporte aussi le Grammy (1992) de la meilleure performance populaire d'un duo et renforce l'entrée de Dion dans le marché américain.

Dion fait une tournée aux États-Unis, cette fois en tête d'affiche, en 1993. Lors de cette tournée, le contrôle méthodique de son image, sa marque de commerce, commence à être évident; elle conçoit et dirige tous les éléments. Elle se produit lors de cérémonies de haut calibre, notamment à une représentation commandée par le prince Charles et à l'assermentation du président américain Bill Clinton.

Désormais à l'aise pour converser en anglais, Céline Dion anime la diffusion des prix Juno en 1993. Elle accomplit le rare exploit de gagner des prix Juno dans les catégories francophones et anglophones à la fois. La même année, elle entreprend sa première tournée intégrale au Canada. Les quelques années suivantes, ses tournées ont généralement lieu à guichets fermés, plusieurs soirs de suite, dans des arénas ou des salles de concerts d'importants centres urbains. Elle chante des chansons populaires chantées en anglais et en français. On la compare souvent à des « divas pop » américaines tels que Barbra Streisand et Whitney Houston. Le répertoire de Dion consiste surtout en des ballades et des chansons de danse touchantes, choisies parmi les chansons soumises par des auteurs-compositeurs professionnels.

En 1994, Dion et René Angélil se marient et ce dernier continue de gérer sa carrière. L'album de Dion Colour of My Love (1993) est vendu à sept millions d'exemplaires en 1995. « The Power of Love », un single produit par David Foster, atteint la première place au Canada et aux États-Unis et la quatrième place au Royaume-Uni. La chanteuse continue de produire des succès selon les chartes des deux langues, souvent dans plusieurs pays (incluant la France) simultanément. Son album D'Eux (1995) devient l'album le plus vendu de l'histoire de la France. Céline Dion à l'Olympia (1994) fait d'elle la chanteuse francophone ayant le plus vendu d'albums dans le monde entier. Au Royaume-Uni, elle atteint la première place des chartes d'albums et de singles.

Céline Dion entreprend alors une période d'activité encore plus intense, incluant des tournées mondiales (1996-1997, 1999) et nord-américaines (1998). Elle chante « Power of the Dream » à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'été à Atlanta. L'album de 1996, Falling Into You remporte les Grammy de l'album de l'année et du meilleur album populaire. En 1998, elle se produit à nouveau aux Academy Awards et chante « My Heart Will Go On » du film Titanic (v.f. Titanic). Cette chanson assure de nouveau à Dion l'adoration des adolescents et des adultes.

Années 2000

À partir de janvier 2000, Dion prend une longue pause de concerts. En 2001, elle donne naissance à un fils. En 2003, elle obtient un contrat de 100 000 000 $, d'une durée de trois ans, au Caesar's Palace de Las Vegas, où elle se produit à guichets fermés. Son premier enregistrement au retour de sa pause est A New Day Has Come (2002), constitué de nouvelles ballades populaires. En 2003 suit One Heart. Ses enregistrements et ses entrevues commencent à mettre l'accent sur le thème de la maternité.

La carrière de chanteuse de Dion l'entraîne au sommet de la popularité et le Québec la voit comme sa représentante sur la scène mondiale. Elle remporte 33 trophées Félix et 20 prix Juno, vend 175 millions d'albums dans le monde entier en 2004 et gagne 55 000 000 $ américains en une seule année. Sa voix a la réputation de couvrir cinq octaves. Néanmoins, elle est souvent critiquée pour ses « excès stylistiques » et ses « vibratos pop inutiles » (Globe and Mail, 29 mars 1994) ainsi que pour la gérance « à la Svengali » d'Angélil. Le Toronto Star rapporte le 18 septembre 1999 que « son émotivité excessive, le sentimentalisme suave de ses paroles et ses arrangements pompeux ne l'ont jamais fait aimer des critiques musicaux ».

Récompenses

Outre cinq Grammy, Dion reçoit un Diamond World Music Award, l'Ordre du Québec (1998), l'Ordre du Canada (1998) et l'Ella Award de la Society of Singers (2003). Elle est l'artiste ayant le plus vendu en 1998 selon la Recording Industry Association of America et, en 1999, elle remporte une place sur l'Allée des célébrités du Canada et est intronisée à l'Ordre du mérite.

Écrits

Céline Dion: My Story, My Dreams (Toronto 2000).

Discographie

La Voix du Bon Dieu : 1981; Saisons SPE-4101 et Saisons SNS-70000.

Tellement j'ai d'amour... : 1982; Saisons SNS-80007.

Les Chemins de ma maison : 1983; Saisons SNS-90001.

Chants et contes de Noël : 1983; Saisons SNS-90002.

Mélanie : 1984; TBS 501.

C'est pour toi : 1985; TBS 503.

En concert : 1985; TBS 504.

Les Chansons en or : 1986; TBS 507.

Incognito : 1987; CBS PFC-80119.

Unison : 1990; Col BC-80150.

Dion chante Plamondon : 1991; Sony CK-80168 (CD).

The Colour of My Love. 1993. 550 Music BK 57555/CK 57555 Columbia

L'Olympia Live. 1994. MSI Music 478161/CK 80212 Columbia

Falling Into You. 1996. 67541 Legacy

Let's Talk About Love. 1997. 550 Music 68861/CK 68861 Columbia

These are Special Times. 1998. 550 Music 1557527/CK 69523 Columbia

D'eux. 1998. 80219 Sony/CK 80219 Columbia

Live in Paris. 1998. Sony 80238/486606 2 Epic

S'il Suffisait D'Aimer. 1998. 724246 Epic/CK 80339 Sony

All the Way - A Decade of Song. 1999. 63760 Epic

Collector's Series Vol 1. 2000. 550 Music 85148

New Day Has Come. 2002. 86400 Epic/CK 86400 Columbia

I Fille and 4 Types. 2003. 90755 Epic/CK 80984 Columbia

One Heart. 2003. Sony 257/CK 87185 Columbia

A New Day - Live in Las Vegas. 2004. Epic 92680/CK 92680 Columbia

Au Coeur du Stade. 2004. CK 80438 Columbia

Miracle. 2004. 93453 Epic

On ne Change Pas. 2005. 77720 Epic/82876726242 Columbia

Best of the Early Years. 2007. Metro Music 609

Taking Chances. 2007. 708114 Columbia/88697 19305 2 Columbia

Taking Chances. (Édition spéciale). 2007. 713714 Columbia

D'Elles. 2007. PID 704796/88697047 962 Columbia

Celine. (coffret CD). 2008. Legacy 718516

Celine X2: Let's Talk About Love. 2008. Legacy 213838

Bibliographie

Dominique DEMERS, « Big », L'Actualité (août 1989).

Georges-Hébert GERMAIN, « Ma sorcière bien aimée », Châtelaine (fév. 1991).

Brendan KELLY, « That's Ms. Dion to you », Chatelaine (sept. 1996).

Barry GRILLS, Céline Dion: Falling into You (Kingston 1997).

Michel DOLBEC, « Céline et les Français », Châtelaine (1e janv. 1997).

« Céline : Vogue vers l'inaccesible étoile », Cahier spécial, LE Soleil (Québec, 1er mars 1997).

Jean BEAUNOYER, Céline Dion : Une femme au destin exceptionnel (Montréal 1997).

Ian HALPERIN, Céline Dion, Beyond the Fairytale (Boca Raton, Floride, 1997).

Georges-Hébert GERMAIN, Céline: The Authorized Biography of Céline Dion (Toronto 1998).

Frédéric DEMERS, Céline Dion et l'identité québecoise (Montréal 1999).

Jean BEAUNOYER et Jean BEAULNE, Et Angélil créa Céline : Biographie (Montréal 2002).

Bruce WEBER, « Céline Dion, a new kind of Las Vegas showgirl », New York Times (27 mars 2003).

Jean BEAUNOYER, Jean NEAULNE, traduction de Don WILSON, René Angélil : The Making of Céline Dion : The Unauthorized Biography (Toronto 2004).