Denise Morelle, comédienne (née le 3 décembre 1926 à Montréal, au Québec; décédée le 17 juillet 1984 à Montréal). Cette comédienne adulée du public a consacré l’essentiel de sa carrière au théâtre. Elle a été rendue célèbre par ses nombreuses participations à des émissions pour enfants à la télévision de Radio-Canada, notamment par son fameux personnage de Dame Plume. Sa fin tragique, un assassinat sordide demeuré longtemps irrésolu, a semé la consternation dans la société québécoise et la communauté artistique.

Débuts professionnels sur les planches

Née dans l'est de Montréal, dans le quartier nommé Guybourg, Denise Morelle est issue d’une famille de sept enfants où l'on chantait et dansait en toutes occasions. Elle suit des cours particuliers de théâtre avant de s’inscrire à l'École des Compagnons de Saint-Laurent, où elle monte sur scène pour la première fois en 1952, dans le rôle d'une servante, dans la pièce Noces de sang de Federico García Lorca. Quelques années plus tard, elle fait ses véritables débuts professionnels au Théâtre de Percé, lors de la création de la pièce de Jacques Languirand, Les Grands Départs (1958). Par la suite, on la voit sur la plupart des scènes montréalaises, en particulier à l'Égrégore et au Théâtre du Nouveau Monde (TNM).

Elle joue quelques pièces sous la direction de Jean-Pierre Ronfard : Les Choéphores d'Eschyle au TNM en 1961 et Ubu roi de Jarry à l'Égrégore en 1962, où elle campe une désopilante Mère Ubu, puis Les Violettes de Shehadé et Le roi se meurt d'Ionesco, aussi à l'Égrégore, en 1962 et 1963. En 1971, on retrouve Denise Morelle dans la distribution de la comédie Tambours et trompettes de Bertolt Brecht au TNM, où elle joue et chante ainsi que dans Le Mariage de Figaro de Beaumarchais, l’année suivante, dans une coproduction avec le Centre national des arts et une mise en scène signée par Jean-Louis Barrault. On la voit également au Théâtre du Rideau Vert, dans Black Comedy de Peter Shaffer et dans Knock ou le triomphe de la médecine de Jules Romains, et à la Compagnie Jean-Duceppe, dans La Mort d’un commis voyageur d’Arthur Miller, sous la direction de Jean Duceppe, dans les années 1970 et 1980.

Une collaboration fructueuse avec Tremblay et Brassard

Denise Morelle s’est particulièrement démarquée dans ses collaborations avec le tandem formé par l'auteur Michel Tremblay et le metteur en scène André Brassard, dont elle fut l'une des actrices fétiches. Elle participe à la création de Bonjour, là, bonjour à la Compagnie des Deux Chaises, en 1974, et à celle de Surprise! Surprise! au TNM, l'année suivante. Dans L'Impromptu d'Outremont, toujours au TNM, en 1980, elle incarne de façon très sentie Yvette Beaugrand, une bourgeoise qui rêve de devenir cantatrice, un rôle que Tremblay écrit spécialement pour elle. Elle apparaît également dans deux films populaires de Brassard — Il était une fois dans l'est (1974) etLe soleil se lève en retard (1977) — ainsi que dans trois films du célèbre réalisateur Jean Pierre Lefebvre: Il ne faut pas mourir pour ça (1967), Les maudits sauvages (1971) et L'Amour blessé (1975).

Elle monte sur scène à la Compagnie Jean-Duceppe dans Bonne fête maman d’Élizabeth Bourget et dans Le Dernier Round de Michael Christopher, respectivement en 1981 et 1983, puis à la Salle Fred-Barry dans La Nuit des p’tits couteaux de Suzanne Aubry, sa dernière présence au théâtre, en 1984. Membre de la troupe que Brassard a mise sur pied au Centre national des Arts, alors qu'il y assume la direction du Théâtre français, Denise Morelle devait faire partie de la distribution à la création d'Albertine, en cinq temps, de Michel Tremblay, lorsque sa mort tragique met une fin abrupte à sa carrière.

Une artiste généreuse au rire communicatif

Femme d'une nature rieuse et généreuse, Denise Morelle a campé ses personnages avec cœur. Bien plantée, à la fois forte et fragile, sa voix basse et chaleureuse pouvait monter de façon soudaine vers les sommets. Elle pouvait être d’une drôlerie irrésistible, ou exprimer avec conviction des émotions plus troubles. Grâce à ses rôles dans des émissions pour enfants à la télévision de Radio-Canada, elle a obtenu une célébrité durable. Elle a en effet séduit et marqué toute une génération avec les rôles de Mame Bouline dans Bidule de Tarmacadam (1966–1970) et de la fameuse et inoubliable Dame Plume, cantatrice outrancière et drolatique de La Ribouldingue (1967–1971), des personnages inspirés de la commedia dell'arte, à la fois drôles et très physiques. Elle a aussi incarné une sorcière effrayante dans certains contes de la poupée Fanfreluche dans la série télévisée du même nom (1968–1971).

Une mort tragique

Le 18 juillet 1984, Morelle est retrouvée morte dans un appartement de la rue Sanguinet à Montréal. L’enquête démontre qu’elle a été assassinée la journée précédente alors qu’elle visitait seule un logement inoccupé qu'elle souhaitait louer. Le propriétaire lui avait mentionné qu’il laisserait la porte déverrouillée. Son assassinat a fait les manchettes dans les médias et a grandement attristé le public québécois et la communauté artistique. Demeuré irrésolu pendant 23 ans, il n’a connu son dénouement qu’en 2007, alors que l'assassin a été retrouvé grâce à une preuve d’ADN. Il a été reconnu coupable de meurtre au second degré et condamné à perpétuité avec un minimum de 20 ans de détention.

Héritage

En 1990, la ville de Montréal a honoré la mémoire de Denise Morelle en donnant son nom à un petit parc de la rue Rivard, sur le Plateau Mont-Royal.