Deborah Cox, auteure-compositrice-interprète et actrice (née le 13 juillet 1974 à Toronto, en Ontario). Deborah Cox est au nombre des plus grands artistes canadiens du style R&B. Elle a reçu en carrière plusieurs prix Juno, ainsi que des nominations aux prix Grammy. Elle est surtout connue pour sa voix puissante et empreinte d’émotion et ses ballades langoureuses. La chanson « Nobody’s Supposed to Be Here », tirée de son deuxième album, One Wish (1998), établit un nouveau record en devenant le single R&B qui demeure au premier rang le plus longtemps aux États-Unis, trônant au sommet du palmarès Billboard pour cette catégorie pendant 14 semaines consécutives. Six chansons de l’artiste figureront au palmarès Billboard des vingt meilleures chansons; douze de ses chansons à succès se hisseront également au premier rang du palmarès Billboard des chansons dance. Également douée pour l’art dramatique, Deborah Cox a joué dans de nombreux films et dans des productions de Broadway. Militant depuis de nombreuses années en faveur des droits de la communauté LGBTQ, elle a été reconnue à plusieurs occasions pour son travail de bienfaisance et d’activisme.

Jeunesse et début de carrière

Deborah Cox est née à Toronto de parents d’origine afro-guyanaise. Elle grandit au sein d’une famille passionnée de musique à Scarborough et démontre dès son jeune âge un intérêt pour la musique. Aretha Franklin, Gladys Knight et Whitney Houston – qu’elle qualifie d’idole – sont au nombre de ses inspirations musicales. C’est en assistant à un spectacle de Miles Davis à la fin des années 1980 et en découvrant la complexité de sa musique qu’elle aurait connu un point tournant dans sa carrière. À l’âge de 12 ans, Deborah Cox commence à chanter dans des messages publicitaires et à participer à des concours de talents. Au début de l’adolescence, elle se met à écrire ses propres compositions, qu’elle chante dans les bars sous la surveillance de sa mère.

Deborah Cox fréquente l’école élémentaire catholique John XXIII à Scarborough, puis l’école des arts Claude Watson et l’école secondaire Earl Haig à Toronto. À l’école secondaire, elle fait la connaissance de Lascelles Stephens, qui deviendra quelques années plus tard son mari, partenaire artistique, gérant et producteur. Ne parvenant pas à conclure d’entente avec une maison de disques canadienne, Deborah Cox s’installe à Los Angeles en 1994 avec son mari pour y poursuivre sa carrière. Là-bas, elle est choriste pour Céline Dionpendant six mois. En tournée, elle fait la connaissance du célèbre producteur Clive Davis, qui accepte de produire son premier album.

Deborah Cox (1995)

Combinant pop et R&B, l’album Deborah Cox est lancé en 1995 par la maison de disques de Clive Davis, Arista. Présentant plusieurs collaborations avec des artistes de grande renommée comme Kenneth « Babyface » Edmonds et Daryl Simmons, l’album est certifié platine au Canada avec des ventes de plus de 100 000 exemplaires et or aux États-Unis avec des ventes de plus de 500 000 exemplaires. Cet album renferme les chansons à succès « Sentimental », qui se hisse au 4e rang du palmarès Billboard R&B et hip-hop, ainsi que « Who Do U Love », n° 1 au palmarès Billboard des chansons dance et n° 17 au palmarès Billboard des 100 meilleures chansons.

En 1996, Deborah Cox remporte le prix Juno du meilleur enregistrement R&B/soul et est mise en nomination pour le meilleur nouvel artiste soul/R&B aux American Music Awards. En 1997, elle est mise en nomination aux prix Juno, figurant parmi les meilleures interprètes féminines cette année-là. Sa chanson « Things Just Ain’t the Same », choisie pour le film Money Talks (Argent comptant, 1997), remporte le prix du meilleur enregistrement R&B/soul aux prix Juno de 1998; quant à la nouvelle version accrocheuse créée par Hex Hector peu après, elle se hisse au premier rang du palmarès Billboard des chansons dance en 1997. Cette nouvelle version est d’ailleurs incorporée au deuxième album de la chanteuse.

One Wish (1998)

C’est le deuxième album de Deborah Cox, One Wish (1998), qui fait d’elle une grande vedette internationale. La douce ballade R&B « Nobody’s Supposed to Be Here » – qui vaudra entre autres à Deborah Cox d’être comparée à son idole Whitney Houston – devient un succès retentissant et établit un nouveau record en devenant le single R&B qui demeure au premier rang le plus longtemps, trônant au sommet du palmarès pendant 14 semaines consécutives. Cette chanson figure aussi aux palmarès pop, se classant au deuxième rang du palmarès Billboard des 100 meilleures chansons et recevant une certification platine aux États-Unis. One Wish est quant à lui certifié or au Canada et platine aux États-Unis.

D’autres chansons issues de cet album connaissent également un grand succès auprès du public. C’est le cas de « We Can’t Be Friends », une collaboration avec le chanteur R.L., qui se hisse au premier rang du palmarès R&B/hip-hop, et de « It’s Over Now » et « I Never Knew », qui se retrouvent toutes deux au sommet du palmarès des chansons dance. L’album One Wish atteint le 14e rang du palmarès Billboard des meilleurs albums R&B/hip-hop et remporte le prix du meilleur album de cette catégorie aux prix Juno de 1999. Deborah Cox devient la première Canadienne à remporter un prix Soul Train, remportant le prix du meilleur single R&B/soul pour « Nobody’s Supposed to Be Here » et celui de la meilleure chanson R&B/soul de l’année aux prix Soul Train Lady of Soul, devançant Lauryn Hill et Janet Jackson. Elle est également mise en nomination pour le prix NAACP Image de la meilleure artiste féminine.

The Morning After (2002)

En 2002, Deborah Cox sort son troisième album studio, coproduit par elle et qui s’intitule The Morning After. Publié par J Records, l’album culmine au 7e rang du palmarès des meilleurs albums R&B/hip-hop et au 38e rang du palmarès Billboard des 200 meilleures chansons. « Absolutely Not », une nouvelle version de la chanson de 2001 choisie pour la bande originale du film Dr. Dolittle 2, de même que « Mr. Lonely » et « Play Your Part », se retrouvent toutes trois au sommet du palmarès des chansons dance. La chanson « Absolutely Not » est mise en nomination en 2002 pour le prix du meilleur enregistrement dance aux prix Juno.

En 2003, Deborah Cox lance l’album Remixed, une collection de chansons tirées de ses trois albums précédents et reprises en style pop. L’année suivante, l’artiste publie un album réunissant ses plus grands succès, auquel elle donne le nom d’Ultimate Deborah Cox.

Destination Moon (2007)

En 2007, Deborah Cox publie un hommage à la chanteuse jazz Dinah Washington, du nom de Destination Moon. Ayant coupé les ponts avec Clive Davis et Sony Records pour cet album, l’artiste se tourne cette fois-ci vers Decca Records, une division d’Universal Music.Cet album d’anthologie des classiques du jazz, sur lequel Deborah Cox chante accompagnée d’un orchestre de 40 musiciens, contient plusieurs grands succès de Dinah Washington, dont « Baby, You’ve Got What it Takes » et « What A Difference a Day Makes ». Destination Moon se classe au troisième rang du palmarès Billboard pour les albums de jazz et est mis en nomination pour le prix Grammy de l’album non classique le mieux conçu et pour le prix Juno de l’album vocal jazz de l’année. Toujours en 2007, Deborah Cox réinvente le grand succès de Chic de 1978, « Everybody Dance », en lui donnant notamment un rythme plus rapide. Cette nouvelle chanson intitulée « Everybody Dance (Clap Your Hands) » se classe 17e au palmarès des chansons dance.

The Promise (2008)

Deborah Cox et Lascelles Stephens créent en 2008 leur propre maison de disques, du nom de Deco Recording Group. La même année, l’artiste se voit décerner une étoile sur l’allée des célébrités de Scarborough.

Deborah Cox revient avec un nouvel album R&B intitulé The Promise en 2008, qu’elle publie par l’intermédiaire de Deco. L’album contient des collaborations musicales avec des compositeurs et producteurs reconnus, comme John Legend et Shep Crawford.The Promise culmine au 14e rang du palmarès Billboard des albums R&B/hip-hop et est mis en nomination pour le prix Juno de l’enregistrement R&B/soul de l’année en 2009. Le single « Beautiful U R » se hisse au premier rang du palmarès Billboard des chansons dance et au 18e rang de celui des 100 meilleures chansons canadiennes. Il devient également un téléchargement numérique certifié platine au Canada.

Work of Art (2015)

La parution du sixième album de Deborah Cox, Work of Art, est prévue pour 2016. Cet album réunissant ballades riches en émotions et chansons R&B, soul et pop aura pour thèmes, aux dires de certains, la libération et l’amour de soi. Prévu à l’origine pour une sortie en août 2015, l’album est précédé en avril 2015 du premier single « More Than I Knew ».

Collaborations et musique de films

En 2000, Whitney Houston invite Deborah Cox à l’accompagner sur la chanson « Same Script, Different Cast » pour son album Whitney: The Greatest Hits. La chanson atteint la 14e position au palmarès des meilleures chansons R&B/hip-hop. La même année, Deborah Cox, Lascelles Stephens et l’auteur-compositeur Keith Andes sont mis en nomination pour le prix Génie de la meilleure chanson pour « 29 » et « Our Love », du film Love Come Down de Clement Virgo dans lequel la chanteuse fait sa première apparition au cinéma.

Deborah Cox contribue également à la chanson « Nobody Cares », choisie pour la bande originale du film Hôtel Rwanda (2004), ainsi qu’à la chanson « Definition of Love », du film Akeelah and The Bee (Les mots d’Akeelah, 2006). En 2008, elle contribue à une nouvelle chanson intitulée « This Gift », qui fait partie de la bande originale du film Tyler Perry’s Meet the Browns. La même année, Deborah Cox compose aussi les chansons « I Won’t Complain » et « Stand » pour le film A Good Man is Hard to Find.

En 2009, Deborah Cox prend part à la tournée Foster & Friends du légendaire musicien et producteur David Foster. L’année suivante, elle chante trois duos avec le célèbre chanteur classique Andrea Bocelli au stade O2 de Londres. En 2015, Deborah Cox chante toutes les chansons de Whitney Houston – dont le mégasuccès « I Will Always Love You » – incluses dans le film biographique Whitney de la chaîne Lifetime.

Carrière d’actrice

Après une apparition surprise dans la comédie All That en 1999, Deborah Cox joue dans un épisode de la série télévisée Nash Bridges sur les ondes de CBS en 2000. La même année, la chanteuse fait ses débuts au cinéma dans le film Love Come Down de Clement Virgo, récompensé d’un prix Génie.En 2005, Deborah Cox décroche le rôle principal dans le film Blood of a Champion ainsi que dans la comédie musicale Love on Layaway. En 2008, elle est de la distribution du film A Good Man is Hard to Find. Enfin, en 2011, elle est juge pour Cover Me Canada, une téléréalité diffusée sur les ondes de la CBC.

En 2004, Deborah Cox fait ses débuts à Broadway dans le rôle-titre d’Aida pendant les quatre mois où le spectacle est présenté. En 2013, elle joue le rôle de Lucy Harris dans la production Jekyll & Hyde reprise pour Broadway. Le spectacle est présenté partout en Amérique du Nord pendant 25 semaines et sur Broadway pendant 13 semaines. Deborah Cox fait l’objet de critiques positives pour ces deux prestations; la publication Entertainment Weekly salue sa performance dans Jekyll & Hyde, la qualifiant de « tout à fait extraordinaire ».

En 2015, Deborah Cox coanime une diffusion simultanée gratuite des prix Tony à Times Square. Elle incarne ensuite Josephine Baker dans la comédie musicale Josephine, présentée hors Broadway en 2016. La chanteuse devrait jouer le personnage de Whitney Houston dans la comédie musicale The Bodyguard inspirée du film de 1992 du même nom. Elle a de plus décroché un rôle aux côtés de Kathleen Turner dans Would You Still Love Me If…, une pièce de théâtre présentée hors Broadway qui abordera différentes thématiques touchant les personnes transgenres.

Activités philanthropiques

Deborah Cox soutient de nombreux organismes de bienfaisance et dénonce les différents problèmes associés aux communautés LGBTQ, en plus de sensibiliser le public au VIH/sida – maladie dont trois de ses amis sont décédés. Elle attribue au travail acharné de sa famille et de son équipe, qui l’ont soutenue dans son propre parcours, sa volonté de redonner à la société.

En 2007, Deborah Cox se voit décerner le prix des droits civils du Sénat de l’État de New York et le prix du Sénat de la Californie relativement à ses efforts dans la lutte pour les droits de l’homme et l’égalité en 2014. Deborah Cox présente une prestation spéciale au festival WorldPride 2014 de Toronto. En janvier 2015, elle est récipiendaire du prix Pillar du gala OutMusic; le 9 mai de la même année, elle a droit à un hommage au gala de la Fondation Harvey Milk, en Floride.

Deborah Cox collabore avec de nombreux autres organismes de bienfaisance. En 2010, elle se produit en concert à l’occasion de la troisième édition annuelle de l’événement Broadway in South Africa, qui appuie l’éducation artistique des jeunes défavorisés et des enfants dont les vies ont été touchées par le VIH/sida. En 2011, l’artiste chante lors d’une levée de fonds organisée en Floride pour venir en aide au programme de mentorat pour jeunes filles Honey Shine. La première dame, Michelle Obama, est au nombre des participants. Enfin, Deborah Cox prête sa voix à plusieurs messages d’intérêt public pour Lifebeat, un organisme affilié à l’industrie de la musique qui éduque la population sur le VIH.

Prix

  • Prix Juno
  • Meilleur enregistrement R&B/soul (Deborah Cox) (1996)
  • Meilleur enregistrement R&B/soul (« Things Just Ain’t The Same ») (1998)
  • Meilleur enregistrement R&B/soul (« One Wish ») (1999)

Autres

  • Meilleur single R&B/soul (« Nobody’s Supposed to Be Here »), Soul Train Music Awards (1999)
  • Single R&B/soul de l’année (« Nobody’s Supposed to Be Here »), Soul Train Lady of Soul Music Awards (1999)
  • Prix des droits civils, Sénat de l’État de New York (2007)
  • Intronisation, allée des célébrités de Scarborough (2008)
  • Prix du Sénat de l’État de Californie, gouvernement de la Californie (2014)
  • Prix Pillar, OutMusic (2015)
  • Hommage, Harvey Milk Foundation’s Diversity Honors Gala (2015)