John Davis (ou Davys), explorateur et navigateur (né aux alentours de 1550 près de Dartmouth, en Angleterre; mort le 27 décembre 1605 au large de l’île de Bintan, près de Singapour). John Davis rêvait de devenir le premier européen à découvrir et à franchir le passage du Nord-Ouest, et a lancé trois expéditions infructueuses entre 1585 et 1587. Pendant ces entreprises, l’explorateur visite le Groenland, une terre que les Européens avaient pratiquement oubliée depuis le 13e siècle. Il explore le détroit qui porte aujourd’hui son nom et la côte est de l’île de Baffin. Il deviendra plus tard le premier européen à contempler ce qu’on appelle aujourd’hui les îles Falkland. Il a permis aux Européens de mieux connaître et comprendre l’Arctique et ses habitants, et est l’inventeur d’un instrument de navigation appelé « backstaff », ou quadrant de Davis.

Jeunesse et première expédition

John Davis naît sur une petite ferme franche à Sandridge, près de Dartmouth, en Angleterre, vers 1550. Il est ami d’enfance de Walter Raleigh, qui deviendra plus tard un explorateur et un auteur de renom, et avec les demi-frères de ce dernier, Humphrey et Adrian Gilbert. On sait peu de choses de la jeunesse de John Davis, mais ses écrits et ses talents maritimes suggèrent qu’il entreprend son éducation à un jeune âge. Il est bientôt atteint par l’enthousiasme de ses contemporains concernant la possible existence d’une route maritime nordique contournant l’Amérique. En 1583, John Davis et ses collègues proposent une mission d’exploration au secrétaire de la reine, Sir Francis Walsingham, un futur commanditaire des expéditions de John Davis. Ce dernier quitte Dartmouth avec deux navires en juin 1585 et revient le 30 septembre. C’est au cours de cette expédition qu’il rencontre les Inuits pour la première fois. Il traverse aussi la partie sud de ce qui sera appelé le détroit de Davis et atteint la côte est de l’île de Baffin pendant ce voyage.

Deuxième et troisième expéditions

John Davis retourne explorer l’Arctique en 1586, puis en 1587. Lors de sa deuxième expédition, il commande une flotte de quatre navires : le Sunneshine, le Mooneshine, le Mermayde et le North Starre. Le North Starre s’égare et demeure introuvable après avoir tenté de trouver un passage entre le Groenland et l’Islande. John Davis poursuit son périple jusqu’au détroit de Davis, mais les glaces s’avèrent infranchissables et il revient en Angleterre le 14 octobre.

Bien que sa seconde expédition se soit soldée par un échec, n’ayant pas réussi à trouver le passage du Nord-Ouest, John Davis entreprend un troisième voyage en 1587. Il parvient à atteindre les environs du 73e parallèle nord le long de la côte ouest du Groenland près de la montagne appelée alors Hope Sanderson, puis navigue vers l’ouest avant de tourner au sud en longeant la côte de l’île de Baffin. Il remarque les entrées de ce qu’on appellera plus tard la baie de Frobisher et le détroit d’Hudson. Il navigue ensuite ce qui deviendra le Davis Inlet et les alentours de Hamilton Inlet le long de la côte de Labrador, avant de retourner en Angleterre. Ce sera son dernier voyage dans l’Arctique.

Lors de chacune de ces trois expéditions, John Davis cartographie une bonne partie de ces côtes inexplorées et récolte des notes précises sur l’Arctique, notamment son climat, sa géologie et sa végétation. La véracité et la sympathie qu’il démontre dans ses descriptions des Inuits les démarquent des histoires que rapportent la plupart des explorateurs européens sur les habitants de la région. S’il maintient généralement un bon rapport avec les Inuits, qui semblent apprécier la musique et les danses de son équipage, des confrontations violentes surviennent à l’occasion.

Après l’Arctique

Après avoir échoué dans sa quête pour trouver le passage du Nord-Ouest, John Davis aurait combattu l’Armada espagnole à la barre du Black Dog en 1588. En 1592, en cherchant un passage par le détroit de Magellan, il aurait en outre découvert les îles Falkland. John Davis est aussi pilote en chef de la première expédition fructueuse de la Compagnie des Indes orientales. En 1605, lors de sa troisième expédition aux Indes orientales, il est tué par des pirates japonais au large de l'île de Bintan, près de Singapour.

John Davis était grandement admiré par ses collègues, et ses écrits servent longtemps de références aux autres marins. Il est l’un des premiers Européens à rencontrer les Inuits et à coucher ces rencontres sur papier, et sa documentation de vastes étendues de l’Arctique jette les bases pour de futures expéditions, notamment celles de Henry Hudson et William Baffin. En 1594, il invente un instrument de navigation mesurant l’altitude des corps célestes, le « backstaff », aussi appelé quadrant de Davis, qui continue à être utilisé même après l’invention de l’octant en 1731. Son Seaman's Secrets (1594) reste pendant longtemps le manuel du marin, et son Worldes hydrographical discription (1595) est un compte rendu détaillé des connaissances géographiques de son temps. Le journal de bord de son troisième voyage sert aussi de modèle pour les livres de bord à venir.