David Lloyd Johnston

David Lloyd Johnston, professeur, administrateur d'université, gouverneur général (Sudbury, Ont., 28 juin 1941). Fils d'un propriétaire de quincaillerie, David Johnston naît à Sudbury et grandit à Sault Ste. Marie, en Ontario. En 1959, il obtient une bourse d'études à l'Université Harvard, où il joue pour l'équipe de hockey. Il obtient son baccalauréat en affaires gouvernementales et relations internationales en 1963. Il refuse une invitation à un stage d'essai pour une équipe de hockey professionnelle et étudie le droit à l'Université Cambridge et à l'UNIVERSITÉ QUEEN, à Kingston, en Ontario.

Johnston mène une longue et brillante carrière universitaire. Il enseigne le droit à l'Université Queen et à l'UNIVERSITÉ DE TORONTO, puis devient doyen de la Faculté de droit à l'UNIVERSITÉ WESTERN ONTARIO. À l'âge de 37 ans, il devient recteur de l'UNIVERSITÉ MCGILL, poste qu'il occupe de 1979 à 1994 et où il s'acquiert la réputation d'être à la fois un administrateur énergique et un habile collecteur de fonds. En 1999, il est nommé recteur de l'UNIVERSITÉ DE WATERLOO, poste qu'il occupe jusqu'en 2010. Tout au long de sa carrière, il poursuit activement ses recherches et écrit, publiant plusieurs livres sur le droit commercial, la réglementation des valeurs immobilières et le droit relatif aux technologies de l'information. Il reçoit des doctorats honorifiques de plus d'une dizaine d'universités.

Johnston est très actif hors du milieu universitaire. Il est modérateur dans les débats des chefs télévisés pendant les élections fédérales de 1979 et de 1984, pendant les élections provinciales au Québec en 1985 et pendant les élections provinciales en Ontario en 1987. Dans les années 1990, il anime deux émissions-débats sur des sujets d'actualité : The Editors sur PBS et The World in Review sur CBC Newsworld. Il siège au conseil d'administration de plusieurs grandes entreprises, dont CANADA TRUST, SEAGRAM, SOUTHAM et Dominion Textile.

Discret et plein de tact, Johnston est souvent sollicité par les gouvernements libéraux et conservateurs pour présider des comités chargés de faire des recommandations sur des questions délicates, comme la Table ronde nationale sur l'environnement et l'économie, le Comité consultatif fédéral sur l'autoroute de l'information, le Groupe de travail national sur les services à large bande et le groupe fédéral d'experts sur les Collectivités ingénieuses.

En 2007, le premier ministre Stephen HARPER le nomme conseiller spécial et lui demande d'ébaucher les paramètres d'une enquête publique sur des relations entre l'ancien premier ministre Brian MULRONEY et l'homme d'affaires canadien d'origine allemande Karlheinz Schreiber (après sa démission comme premier ministre, Mulroney a accepté entre 225 000 $ et 300 000 $ en argent comptant de la part de Schreiber, qui avait été lobbyiste pour Airbus Industrie). Parmi les recommandations controversées de Johnston figurent les bases de ce qui devient la Commission Oliphant. La commission peut examiner les sommes payées par Schreiber à Mulroney entre 1993 et 1994, mais ne peut pas se pencher sur l'achat d'un avion Airbus par Air Canada, propriété de l'État, pendant le mandat de Mulroney comme premier ministre, une question sur laquelle la Gendarmerie royale du Canada a déjà enquêté.

Le 8 juillet 2010, Johnston est nommé pour succéder à Michaëlle JEAN comme gouverneur général, une nomination très bien accueillie. Il entre officiellement en fonction le 1er octobre 2010.