Lauréat (AMQ) 1925. Il étudia le chant sous la direction de Céline Marier et, plus tard, l'harmonie et la composition avec Oscar O'Brien. En 1922, il se produisit à l'académie Querbes d'Outremont lors d'un concert d'élèves. L'année suivante, il obtint le premier prix au Montreal Musical Festival, organisé par la Metropolitan Choral Society. En janvier 1926, il fit ses débuts à l'opéra au théâtre Orpheum (Ourrias dans Mireille) et, en mars, il donna son premier récital à l'hôtel Ritz-Carlton. Cette année-là, il reçut le Prix d'Europe lui permettant de poursuivre ses études à Paris avec Émile Marcellin de l'Opéra-Comique. En 1929, il fut engagé comme premier baryton à l'Opéra d'Alger et chanta notamment dans Carmen, Faust, Manon, La Traviata, Le Barbier de Séville.

À son retour au Canada (1930), il participa au troisième festival du CP à Québec avec les Troubadours de Bytown, quatuor d'Ottawa dont il faisait partie en remplacement de Charles Marchand. Il tint aussi le rôle de Champlain dans L'Ordre de Bon Temps de Willan. Cette même année, il débuta à la Société canadienne d'opérette à Montréal (Clément Marot dans La Basoche de Messager) et il tint de nombreux rôles avec cette troupe jusqu'en 1935. En 1932, il fonda le Trio lyrique qui enregistra (1954) un microsillon de ses chansons. En 1936, en collaboration avec Charles Goulet, il fonda les Variétés lyriques. En plus d'être le codirecteur de ce groupe, il participa à ses activités en tant que baryton et metteur en scène. En 1940, Daunais, Anna Malenfant, l'Assn chorale Saint-Louis-de-France et les Disciples de Massenet donnèrent un concert composé entièrement d'oeuvres de Daunais, à la salle Saint-Sulpice à Montréal. Lors de la création à la SRC de l'opéra Deirdre de Willan (20 avril 1946), Daunais tint le rôle de Conochar. En 1948, sa « Chanson du maître cordonnier » remporta le grand prix au Concours Marly-Polydor à Montréal. En 1950, sa chanson « Aglaé » connut un vif succès en Europe telle qu'interprétée avec l'accent québécois par la Canadienne Josette France, qui fit ensuite carrière à l'opérette et au music-hall sous le nom d'Aglaé. L'année suivante, il enregistra quatre de ses chansons à Paris, sur étiquette Pathé (45t.).

Daunais fut metteur en scène pour deux séries d'opérettes à la télévision de la SRC (1956, 1957). En 1961-62, il donna une série de 250 programmes à la radio de la SRC avec le Trio lyrique. En 1963, il fit la mise en scène de La Mascotte, opérette d'Audran jouée 31 fois au Théâtre de verdure à Montréal. Sous sa direction furent présentés à la PDALa Belle Hélène (1966), La Margoton du bataillon (1966), Valses de Vienne (1967), Les Mousquetaires au couvent (1969) et La Vie parisienne (1969). En 1970-71, la SRC présenta une série de 13 programmes de radio entièrement consacrés à ses compositions vocales. Récipiendaire en 1965 de la médaille d'argent Bene Merenti de Patria décernée par la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, il reçut en 1972 la médaille du canadien de la musique et il fut nommé membre du conseil d'administration de l'Opéra du Québec. Le Prix de musique Calixa-Lavallée 1977 lui fut attribué, et en 1978, il fut nommé officier de l'Ordre du Canada. Il reçut à titre posthume le Prix Denise-Pelletier 1982, et il est nommé membre du Panthéon des Canadian Songwriters. Il conserve son statut de compositeur agréé du Centre de musique canadienne.

Auteur des paroles et de la musique d'une centaine de mélodies pour voix et piano et 18 pour choeur, Daunais a également fait l'harmonisation d'une quarantaine de chants folkloriques et composé une trentaine de chansons pour enfants. Après avoir pris connaissance des chansons de Daunais, Francis Poulenc lui déclara : « Il y a souvent un esprit cocasse dans votre musique et lorsque quelqu'un vous en fera la remarque, n'en rougissez pas, c'est un don très rare! » La plupart de ses oeuvres, publiées ou manuscrites, ont été déposées à la BN du Q dans un fonds qui comprend aussi notamment de nombreuses partitions d'opéras et opérettes et arrangements divers.

Compositions

Chansons

Cinq poèmes d'Éloi de Grandmont : Arch 1974.

Douze Chansons canadiennes : Arch 1954, 2e série Arch 1957.

En roulant ma boule, Dix Chansons pour les enfants : Arch 1959.

Fantaisie dans tous les tons : Arch 1974.

Sept Épitaphes plaisantes : Arch 1974.

Turlurette 2 : Alliance des chorales du Québec 1978.

Plusieurs autres chansons, oeuvres chorales (religieuses et profanes) et une oeuvre pour orch à cdes, Propos piquants.

Discographie

DES CHANSONS DE DAUNAIS

Chansons de mon pays : Ens vocal Katimavik, Beaumier dir; (1979); SNE 502.

D'amour et de fantaisie : Daunais bar, Newmark p; 1974; Sel CC-15.087.

12 chansons : Daunais bar, Newmark p; 1954; RCI 107.

Lionel Daunais chante Lionel Daunais : Newmark et Lachance p; (1985); SNE 512.

6 chansons : Lemelin mezzo, Coallier p; 1990; SNE 565 (CD).

Turlurette : 14 chansons; J.-G. Perreault et A. Poulin-Parizeau vx, M. de Varennes et C. Courvoisier p; 1980; Alliance des chorales du Québec ACQ 1002.

Voir aussi Trio Lyrique et DISCOGRAPHIES des Disciples de Massenet, Ensemble vocal Tudor de Montréal, B. Laplante, Malenfant et R. Savoie.