Cremo, Lee

Lee (Harvey) Cremo. Violoneux, compositeur (Barra Head, auj. Chapel Island, Cap-Breton, Nouvelle - Écosse, 30 décembre 1938 - Eskasoni, Nouvelle-Écosse, 10 octobre 1999). Indien mi'kmaq d'origine, Cremo est emmené à Eskasoni, sur le lac East Bay of Bras d'or au Cap-Breton, à l'âge de quatre ans. Encore enfant, il joue de la guitare pour son père, Simon Peter Cremo (1900 - 1964), un violoneux itinérant. Lee s'initie à l'art du violon à l'insu de son père et le secret est gardé jusqu'à ses 18 ans. Son père lui enseigna alors les techniques de l'archet. D'autres violoneux locaux instruisent le jeune Lee, comme le fait plus tard Jean Carignan au Festival de folklore Mariposa.

Cremo gagne sa vie successivement comme bûcheron dans le Maine et conducteur d'autobus à Eskasoni. Il se produit néanmoins lors de rassemblements de violoneux et de manifestations folkloriques un peu partout au Canada ainsi qu'aux États-Unis. Il remporte six fois le Maritime Old Time Fiddling Contest tenu annuellement à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse. Le voyage qu'il fait au Grand Master Fiddling Championships à Nashville, et qui se solde par un prix pour le Best Bow Arm in the World, est relaté dans le documentaire Arm of Gold (1986). Cremo se produit également lors d'évènements aussi variés que l'Expo 67 (pour la Reine Elizabeth II) et le lancement en 1999 du réseau de télévision pour les Autochtones. En 1995, il avait remporté plus de 80 compétitions de violon. Il s'est cassé le bras gauche dans un accident d'automobile cette année-là, ce qui a arrêté sa carrière. Par la suite, il s'est remis à jouer du violon, par exemple, pour Showcase Halifax.

Cremo enregistre son premier microsillon en 1968 pour Liberty (Champion Fiddler, LM-903); on peut l'entendre sur six autres microsillons parus sur l'étiquette Audat au cours des années 1970. En 1995, il lance The Champion Returns, qui est nommé meilleur enregistrement autochtone par l'Association de la musique de la Côte est en 1996.

Même si Cremo puise surtout dans le répertoire traditionnel, mêlant le style du Cap-Breton (voir Violoneux) au sien avec humour, enthousiasme et un penchant pour l'ornementation, il a aussi enregistré quelques-unes de ses propres pièces, dont Shubenacadie Reserve Reel, Cactus Polka, Irish Fiddler et Constitution Breakdown. Les enregistrements et les compositions de Cremo figurent également sur deux compilations ethnologiques de la musique autochtone en Amérique, Creation's Journey (Smithsonian/Folkways SF 40410, 1994) et Wood That Sings : Indian Fiddle Music of the Americas (Smithsonian/Folkways 40472, 1998). On se souvient de Cremo comme un ambassadeur pour la communauté mi'kmaq du Cap-Breton. Les Porcupine Awards pour la musique folk offrent le Lee Cremo Award for Native Artists

Bibliographie

Allister MACGILLIVRAY : The Cape Breton Fiddler (Sydney, N.-É. 1981).

Lee Harvey Cremo : Eskasoni, Cape Breton, Musicworks, 24 (été 1983).

Chris CONNORS : "Fiddler's death mourned," Cape Breton Post, 12 Oct 1999.

Donn DOWNEY : Atlantic fiddler loved to entertain, Globe and Mail, 13 oct. 1999.

"Lee Cremo speaks," Talking Cape Breton Music, ed Ronald Caplan (Wreck Cove, N.S. 2006)

Brian WRIGHT-MCLEOD : The Encyclopedia of Native Music (Tucson, Arizona 2005).

Discographie

The champion returns, 1995, Cremo Productions (LCD 9501)