Christie Blatchford

Christie Blatchford, chroniqueuse, écrivaine, communicatrice (Rouyn-Noranda, Qc, 20 mai 1951). Christie Blatchford étudie le journalisme à la RYERSON UNIVERSITY de Toronto, puis devient reporter sportive au GLOBE AND MAIL et chroniqueuse du TORONTO STAR. Blatchford travaille ensuite au Toronto Sun où, pendant près de 20 ans, elle écrit une chronique sur le mode de vie et sur la ville. Elle commence à écrire dans le NATIONAL POST à la fondation du journal puis, en 2003, devient chroniqueuse au Globe and Mail. Au fil des années, elle a écrit sur beaucoup de sujets, principalement la souffrance humaine, les affaires policières et les affaires criminelles. Elle est réputée pour avoir couvert les procès des tueurs Paul Bernardo et Karla Homolka. Ses écrits lui valent beaucoup de critiques, et des admirateurs tout aussi nombreux. Elle est jugée conservatrice et ses opinions suscitent de fortes réactions et réponses médiatiques depuis qu'elle écrit. En 2006, elle passe la moitié de l'année à titre de journaliste intégrée parmi les militaires canadiens. Christie Blatchford quitte son poste au Globe and Mail pour retourner au National Post en 2011.

Spectator Sports (1986), son premier livre, est un recueil de réflexions amusantes sur la vie, l'amour, les événements et sa jeunesse à Rouyn-Noranda. En 1988, elle publie un livre d'essais semblable, Close Encounters. Son troisième livre, Fifteen Days: Stories of Bravery, Friendship, Life and Death from Inside the New Canadian Army (2008) gagne le PRIX LITTÉRAIRE DU GOUVERNEUR GÉNÉRAL 2008, catégorie essai ou étude. Il s'attarde sur 15 journées déterminantes de la période que les FORCES ARMÉES canadiennes ont passée en Afghanistan. Pendant sa recherche préparatoire, Blatchford a pris le temps de connaître les soldats et leur famille pour parler des membres du régiment Princess Patricia's Canadian Light Infantry. C'est avec tendresse et intérêt qu'elle écrit au sujet des victoires, des épreuves et des tragédies qui ont touché autant les soldats que leur famille au Canada. Elle fait entrer le lecteur dans un monde de guerre, avec sa chaleur et sa fatigue, ses attaques et sa camaraderie, que la population civile ne connaît pas normalement. Le livre a des moments de rire et des anecdotes qui soulagent le lecteur après une effusion de larmes. Dans tout ce récit émouvant, pourtant, il manque un œil critique : les voix des personnes opposées à la guerre en Afghanistan ou qui en ont assez et n'ont pas la chance de s'exprimer.

Le quatrième livre de Christie Blatchford, Helpless: Caledonia's Nightmare of Fear and Anarchy, and How the Law Failed All of Us (2010) suscite la controverse et attire des accusations de racisme à l'égard des AUTOCHTONES. Elle y condamne l'inaction du gouvernement et des forces policières lors des disputes territoriales entre les résidents des SIX-NATIONS de Grand River et ceux d'un aménagement situé près de Caledonia, en Ontario, qui a abouti aux blocus routiers de 2006. Christie Blatchford témoigne sa sympathie aux non-autochtones touchés par le litige, mais sans laisser aux Autochtones concernés la chance de s'exprimer. Autant les critiques que les partisans du livre de Christie Blatchford suggèrent qu'elle ne s'est pas tellement concentrée sur le contexte historique du conflit et que, par conséquent, dans Helpless, les lecteurs n'ont pas accès à toute l'histoire.

En 1999, ses chroniques valent à Christie Blatchford un prix national des journaux. En plus de son travail journalistique et des livres qu'elle publie, Blatchford est commentatrice à la radio pour CFRB Toronto et CJAD Montréal.