Territoire et population

Les nations kyuquot et checleseht vivent sur la côte ouest de l’île de Vancouver, en Colombie-Britannique. Leur territoire ancestral s’étend de la péninsule de Brooks (rives sud et est) à Porritt Creek, au nord du détroit de Nootka. En 2015, les deux nations comptent une population totale d’environ 600 habitants, dont 150 vivent sur des réserves.

Vie traditionnelle

De tout temps, les Kyuquot et les Checleseht vivent de la pêche. Le flétan, le saumon, le hareng, les mollusques et d’autres types de poissons d’eau douce provenant de la côte du Pacifique constituent l’essentiel de leur diète. Les Kyuquot et les Checleseht chassent aussi le phoque, la baleine, le lion de mer et la loutre de mer et cueillent des baies et des végétaux pour compléter leur alimentation. Les Premières Nations se rendent sur les sites de chasse ou de pêche à pied ou en pirogues de cèdre.

Les Kyuquot et les Checleseht faisaient partie d’un réseau de traite qui s’étendait jusqu’à la côte est de l’île de Vancouver et possiblement plus loin. Les Premières Nations kyuquot et checleseht affirment que des coquilles de dentalium, utilisées à titre de monnaie dans le commerce autochtone, ont été trouvées aussi loin qu’au Mexique.

Organisation sociale

À une certaine époque, les Kyuquot et les Checleseht étaient des communautés distinctes, mais liées tant socialement que culturellement. Au tournant du XIXe siècle, les Checleseht et les Kyuquot s’entremarient massivement et dès 1950, la plupart des Checleseht sont établis dans les villages kyuquots. En 1962, les Checleseht et les Kyuquot fusionnent officiellement pour former une seule nation, bien qu’elles conservent leurs identités culturelles respectives.

Les Premières Nations kyuquot et checleseht forment une confédération constituée de plusieurs clans. Ce sont aussi des nations autonomes depuis le 1er avril 2011.

Culture

Tout comme d’autres nations nuu-chah-nulth, les Kyuquot et les Checleseht ont une culture cérémoniale bien ancrée, caractérisée par des festins accompagnés de chants, de danses, de concours et de performances théâtrales. (voir Potlatch).

Les Kyuquot et les Checleseht sont également renommés pour leur façon exceptionnelle de travailler le bois, notamment des canoës, des totems, des habitations multifamiliales et d’autres produits faits à la main à partir de cèdre de première qualité, comme des paniers (voir Art autochtone de la côte nord-ouest).

Langue

Les Kyuquot et les Checleseht parlent le nuu-chah-nulth (nuučaan̓uɫ) du nord, qui fait partie de la famille linguistique de la langue wakashane. Les Kyuquot et les Checleseht parlent également leurs dialectes respectifs de cette langue, aujourd’hui menacés. Selon la Carte des langues des Premières Nations de la Colombie-Britannique (2012), seulement 27 personnes affirment parler et comprendre parfaitement ces dialectes. (Voir aussi Familles des langues autochtones de la côte du nord-ouest ;Nuu-chah-nulth : Langue).

Religion et spiritualité

Le système de croyances nuu-chah-nulth tourne autour d’un Créateur et d’esprits dont les pouvoirs peuvent être utilisés pour apporter chance et prospérité. Les Nuu-chah-nulth croient que toute forme de vie a un esprit, et par conséquent, mérite respect et considération. Les chamans veillent à la santé spirituelle des membres de la communauté ; ils concoctent des médicaments ancestraux et pratiquent des rituels curatifs afin de guérir des maladies et de rétablir l’équilibre de l’âme.

Récit des origines

Dans la tradition orale des Kyuquot et des Checleseht, la fable sur l’origine du monde raconte la venue d’un être appelé Thlaathluktiinlth (« Deux cents bouches ») qui est descendu sur le versant ouest de Walters Cove pour créer les Qwowinasath — une famille importante qui existe encore aujourd’hui. Les Qwowinasath ont occupé l’île Aktis qui tenait lieu de village principal pour ces premiers peuples. Les nations kyuquot et checleseht ont de riches histoires orales qui racontent la création d’autres familles importantes, de l’environnement et de la terre.

Histoire coloniale

Les Nuu-chah-nulth ont établi des contacts avec les explorateurs européens et les marchands au milieu des années 1700. Le mode de vie traditionnel des Kyuquot et des Checleseht commence à changer avec l’accroissement des colonies européennes sur le territoire ancestral. La demande européenne pour des peaux de loutre décime la population animale dans ce secteur et pousse les Kyuquot et les Checleseht à s’aventurer hors de leurs villages d’hiver. De plus, le développement des industries forestière, baleinière et halieutique modifie le paysage et le mode de vie de la population locale. Les Européens introduisent certaines maladies, comme la tuberculose, la rougeole et la variole, qui déciment bon nombre de Kyuquot et de Checleseht. Les survivants sont relocalisés dans des réserves et soumis à la Loi sur les Indiens, aux pensionnats indiens ainsi qu’à des programmes et à des politiques du gouvernement fédéral visant à les assimiler.

Vie contemporaine

Les Premières Nations kyuquot et checleseht font partie du Conseil tribal Nuu-chah-nulth (anciennement connu sous le nom de West Coast Allied Tribes), une association fondée en 1958 qui offre divers services à ses quelque 9 500 membres. Ces services comprennent l’aide sociale à l’enfance, l’éducation, la formation professionnelle et d’autres programmes socioéconomiques visant à appuyer la santé et le développement.

Le 1er avril 2011, les Premières Nations kyuquot et checleseht, ainsi que plusieurs autres nations nuu-chah-nulth, ont signé le traité Maa-nulth, acquérant ce faisant leur autonomie gouvernementale. Cette autonomie leur confère certains droits quant à la citoyenneté et à la législation sur leurs territoires ancestraux.