Chesterfield Inlet, hameau du Nunavut; pop 313 (recens. 2011), pop 332 (recens. 2006), const. en 1980. Chesterfield Inlet est situé dans une baie sur la rive sud de l'INLET CHESTERFIELD, du côté ouest de la baie d'Hudson, à 101 km au nord-est de RANKIN INLET. Son nom traditionnel, « Igluligaarjuk », signifie « endroit où il y a peu de maisons ».

Autrefois, Chesterfield Inlet était un lieu où les chasseurs de phoque INUITS se rencontraient, à la fin du printemps et au début de l'été, pour y pratiquer une chasse annuelle. Les Européens s'intéressent à la région à la suite du voyage d'exploration de William Moor et de Francis Smith, en 1746-1747. Ce voyage porte Arthur Dobbs à croire que cette anse pourrait être l'emplacement du PASSAGE DU NORD-OUEST. Toutefois, en 1762, l'établissement de la carte de toute la région vient anéantir cet espoir. La même année, un sloop de la Compagnie de la baie d'Hudson atteint Baker Lake, à l'amont de l'anse, mais n'y établit un poste qu'en 1912. Avant cette date, le commerce avec les Inuits de l'endroit se faisait au moyen de sloops et de goélettes qui longeaient la côte.

Après 1912, Chesterfield Inlet devient un important centre religieux, médical et éducationnel de la région. La population s'accroît quand plusieurs groupes d'INUITS DE NETSILIK du bassin de Foxe viennent s'y installer pour se joindre à celui des Qairnilirmeots, premiers habitants de la région.

L'économie du hameau repose encore sur les activités traditionnelles de chasse, de piégeage et de sculpture. La pêche commerciale et le tourisme, dans une certaine mesure, font aussi partie de ses activités économiques.