Le territoire traditionnel de la nation cayuga (variantes orthographiques : Guyohkohnyo et Gayogohó:no'), aussi connue comme étant le peuple du Calumet ou le peuple du Grand Marécage, est situé le long de la rive Nord du fleuve Saint-Laurent et s'étend au sud jusqu'au district des lacs Finger dans l'État de New York. Ils font partie des Hotinonsonnis, la Confédération du peuple de la Maison longue, connue des Français comme la Confédération des Iroquois alors que, pour les Anglais, ils font partie des Cinq-Nations (plus tard les Six-Nations). Au début, la Confédération iroquoise comprend cinq nations : les Cayugas, les Oneidas, les Onondagas, les Mohawks et les Senecas. Lorsque les Tuscaroras (nation majoritairement américaine) se joignent à la Confédération, ils deviennent les Six-Nations. Le Conseil de la Confédération compte dix chefs cayugas représentant les Premières nations des clans de la Tortue, de l'Ours, du Loup, du Héron et de la Bécassine.

La guerre contre les Susquehannahs, au sud, pousse un certain nombre d'entre eux à s'établir pendant quelque temps sur la rive Nord du lac Ontario dans les années 1660. En 1687, lors d'une invasion du territoire des Cayuga dirigée par le gouverneur français Brisay de Denonville, des chasseurs cayugas sont piégés au Fort Cataraqui (renommé plus tard le Fort Frontenac), capturés, emprisonnés et torturés avant d'être emmenés en France pour travailler comme esclaves sur les galères du Roi.

Tout au long du 17e siècle, les Cayugas sont impliqués dans une série de conflits connus comme étant les Guerres Iroquoises et ils combattent en tant qu'alliés des Britanniques lors de la Révolution Américaine. Les Cayugas sont des alliés importants des Britanniques contre les Français dans les années 1750 et 1760. À cette époque, Ottrowana, un chef cayuga, fournit aux Britanniques des renseignements essentiels. En 1779, en guise de représailles contre l'appui des Cayugas aux Britanniques, une armée américaine, sous la direction du général John Sullivan, incendie plusieurs de leurs villages dont les communautés de Cayuga Castle et de Chonodote. Certains des survivants se réfugient auprès d'autres Premières nations telles que les Iroquois et plusieurs Cayugas trouvent refugent dans le territoire de Rivière Grand. Après la guerre, presque la moitié des Cayugas, ainsi que plusieurs loyalistes britanniques, choisissent de s'établir au nord de la région de rivière Grand. En échange de leur loyauté, le général Frederick Haldimand, au nom des Britanniques, offre des terres aux Cayuga. En 1794, la nation Cayuga ainsi que d'autres nations de la Confédération signent le traité de Canandaigua avec les États-Unis.

Les Cayugas aujourd'hui

Des trois bandes cayugas, les deux plus importantes, les bandes Upper et Lower Cayuga, vivent majoritairement en Ontario. Selon le ministère des Affaires autochtones et du développement du Nord canadien, il y a, en 2007, 3101 membres enregistrés de la bande Upper Cayuga et 3162 de la bande Lower Cayuga au Canada. La langue cayuga est reliée aux autres langues iroquoiennes nordiques comme le seneca. Le plus récent recensement de 1999 indique que moins de 100 personnes parlent le cayuga au Canada, toutefois, il demeure la langue d'usage au cours des rituels de la LA Religion de Handsome Lake traditionnelle dans la réserve.

Voir aussi Autochtones : les forêts de l'Est; Levi General.