Catherine McKinnon est chanteuse et comédienne (née le 14 mai 1944 à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick). Catherine McKinnon fait ses débuts en tant que jeune artiste à la radio et à la télévision avant de devenir célèbre dans les années 1960 comme chanteuse populaire canadienne. Elle participe aux populaires émissions comme Singalong Jubilee et Don Messer’s Jubilee, et son premier album, Voice of an Angel (1964), remporte un succès commercial. Elle joue au théâtre, mais elle est surtout connue pour sa prestation « Farewell to Nova Scotia ». En 2012, elle se voit décerner au East Coast Music Awards un prix d’excellence pour l’ensemble de ses réalisations.

Débuts

Catherine McKinnon a grandi dans diverses villes canadiennes. À l’âge de huit ans, elle fait ses débuts à la radio à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick. Quatre ans plus tard, elle chante à la télévision à London, en Ontario. Elle étudie la musique au Mount Saint Vincent College (aujourd’hui le Mount Saint Vincent University), à Halifax. À partir de 1962, elle devient la soliste invitée de la populaire émission Singalong Jubilee, à la télévision de la CBC, émission qui a aussi lancé la carrière d’Anne Murray à la fin des années 1960.

Succès importants et populaires

La renommée et la popularité de Catherine McKinnon se répandent au Canada avec le succès de son premier microsillon Voice of an Angel (1964), qui ne comportait que des chansons folkloriques. Elle participe aux émissions de télévision de la CBC suivantes : le Don Messer’s Jubilee et le Music Hop. Elle y anime aussi sa propre émission de radio, That McKinnon Girl. En 1965, elle remporte un prix RPM (précurseur du Juno) à titre de meilleure interprète féminine, et, en 1966, son enregistrement de Buffy Sainte-Marie, « Until It’s Time for You to Go » connaît un succès modeste au Canada.

Le succès de Voice of an Angel est suivi par Voice of an Angel II (1964), Something Old Something New (1967), Both Sides Now (1968) et Everybody’s Talkin’ (1969). Elle chante également sur les enregistrements du Singalong Jubilee et participe en 1968 au spectacle Sea to Sea, présenté au Grandstand du CNE. En 1969, Peter Goddard, du Telegram de Toronto, décrit la voix de Catherine McKinnon comme étant « riche, maîtrisée, tout à fait sûre sur le plan de l’intonation ». Blaik Kirby, du Globe and Mail, a dit que « sa voix possédait un timbre si ravissant qu’on pourrait lui rendre un culte ».

En 1966, elle déménage de Halifax à Toronto, et elle paraît dans l’édition de 1967 de la revue Spring Thaw. Elle joue également dans l’émission River Inn,de CTV (1968-1969), et dans The Catherine McKinnon Show (1970-1971). Elle coanime Everything Goes, du réseau de télévision Global (1974), et elle apparaît à la télévision au Royaume-Uni.

Fin de carrière

Même si elle a commencé sa carrière comme chanteuse folklorique, Catherine McKinnon devient très à l’aise comme chanteuse de cabaret au cours des années 1970, ajoutant à son répertoire des ballades et des chansons sentimentales, et du matériel folk contemporain.

En 1970, elle lance son microsillon Catherine McKinnon with the Jimmy Dale Orchestra.Elle chante également lors de concerts avec L’Orchestre Symphonique de Saskatoon, L’Orchestre Symphonique de Winnipeg et la Hamilton Philharmonic Orchestra.

En 1972, elle tient à la télévision de la CBC le rôle de la peintre Emily Carr dansThe Wonder of It All, une comédie musicale de son mari comédien, Don Harron, en collaboration avec Norman Campbell. Dans les années 1980, elle se concentre sur son travail au théâtre (souvent de concert avec son mari) et joue notamment dans plusieurs revues. Elle joue au Festival de Charlottetown (Turvey, 1970;My Many Husbands, 1982), auRainbow Stage, à Winnipeg(Wizard of Oz, 1970;My Fair Lady, 1975) et au Theatre Plus, à Toronto (rôle de Marg Osburne dansDon Messer’s Jubilee, 1989). Aussi, elle joue dans des rôles dramatiques avec son mari au Theatre New Brunswick, à Fredericton, et au Neptune Theatre, à Halifax.

Catherine McKinnon renoue avec les studios d’enregistrement et les tournées avec un microsillon éponyme lancé en 1980. Le microsillon suivant, Patrician Anne (1984), est dédié à sa sœur plus jeune, Patrician-Anne, qui avait enregistré le modeste succès « Blue Lipstick » à 16 ans, et chanté lors de nombreuses émissions de télévision de la CBC, dont Music Hop et, pendant 11 ans, Singalong Jubilee. (La carrière de Patrician-Anne McKinnon a été interrompue en 1973 par une lutte contre le cancer : elle meurt en 2001.)

Catherine McKinnon et Don Harron divorcent en 2005. Elle continue d’offrir à l’occasion des spectacles à travers les Maritimes.

Prix

Meilleure interprète féminine, prix RPM (1965)

Prix d’excellence de la Dre Helen Creighton pour l’ensemble des réalisations, East Coast Music Awards (2012)

Une version de cet article a paru originalement dans l’Encyclopedia of Music in Canada.