Brantford

Brantford. Colonie ontarienne établie en 1805 sur les rives de la rivière Grand. Nommée (1827) en l'honneur du chef mohawk Joseph Brant, elle fut incorporée comme cité en 1877. La population, inférieure à 10 000 habitants en 1867, dépasssait 66 000 en 1975. Les premières organisations musicales qu'on retrace à Brantford sont deux chorales (fl. 1850), la Gideon's Band et la Brantford Choral Union, cette dernière ayant été dirigée par A.W. Smith et accompagnée par le corps de musique militaire d'une garnison britannique en poste dans la ville. Les harmonies civiles (The Keller, The Philharmonic, The City, The Grand Trunk) firent leur apparition dans les années 1860. La Brantford Philharmonic Society, société chorale fondée dans les années 1870, fut dirigée par E.C. Kimpton puis réorganisée en 1893 sous la direction de Frederic Rogers. Le premier orchestre de théâtre fut formé en 1881, avec l'ouverture de la Stratford's Opera House. Parmi les autres organisations actives avant la Première Guerre mondiale, citons la Dufferin Rifles Band, formée en 1882; la Brantford Mendelssohn Society (années 1880); la Brantford Operatic Society (années 1880); la Brantford Musical Society (1896); le Brantford Male Chorus, fondé (1902) par A.D. Jordan puis dirigé (1903-06) par H.K. Jordan avant d'être assimilé au Schubert Choir nouvellement formé; et le Women's Musical Club, fondé vers 1902 et rebaptisé Brantford Music Club en 1934. Ce dernier a présenté de nombreux artistes réputés, notamment Maureen Forrester, Paul Frey, Glenn Gould, Alberto Guerrero, Ben Heppner, Viggo Kihl, Anton Kuerti, Luigi von Kunits, Winifred Lugrin Fahey, Lois Marshall, Ernest Seitz, Teresa Stratas et Jon Vickers, ainsi que nombre de groupes chorals et d'ensembles instrumentaux. Afin de souligner son 60e anniversaire, le Brantford Music Club, en collaboration avec le CAC, commanda l'oeuvre pour orchestre Fantasy and Allegro (1962) de Harry Freedman. L'Ontario School for the Blind (plus tard la W. Ross MacDonald School) ouvrit ses portes en 1872. B.F. Cheesbro de Vincennes, Ind., premier dir. mus. de l'école, mit au point en 1874 la notation musicale New York Point. Avec la nomination de Frederick Lord au poste de dir. mus. (1923), la production d'opérettes fut intégrée au programme musical. À Lord succéda George S. Smale en 1945 puis William Murphy en 1970. (Voir aussi Non-voyants.)

C'est à Brantford qu'Alexander Graham Bell inventa le téléphone en 1874, d'où le nom populaire, pour la cité, de « ville du téléphone ». La passion de Bell pour le son l'attirait aux concerts du Brantford Ladies' College et du conservatoire de musique. Ce dernier reçut sa charte en 1874, devenant ainsi un des premiers conservatoires au Canada. Il fut repabtisé Brantford Cons. en 1900 et affilié à l'Université de Western Ontario en 1911. Il se développa sous les mandats successifs de William Norman Andrews, Frederick C. Thomas et Arthur G. Merriman jusqu'à la vente de l'édifice en 1935, après quoi la veuve de Merriman assura, de son domicile, le fonctionnement de l'institution pendant quelques années. Parmi les autres écoles, mentionnons la D.L. Wright Academy of Music (1908-20) et la (F.C.) Thomas School of Music (années 1920).

La musique dans les écoles de Brantford fut instaurée en 1936 par G.A. Smale qui, la même année, organisa le Brant County Musical Festival, avec l'aide de H.B. Jones et du Brantford Home and School Council. Ce concours fut mis sur pied afin de favoriser le développement musical dans les écoles publiques, privées et secondaires. Le Brantford Music Festival, placé sous les auspices de la section de Brantford de l'ORMTA et du Club Kiwanis, lui succéda en 1945.

Les ensembles performants après la Première Guerre mondiale incluent la Brantford Ontario Society, formée en 1917 et dirigée tour à tour par J.W. Schofield et F.C. Thomas; un OS de Brantford fondé en 1923 et dirigé, pendant sa brève existence, par Thomas; le Canadian Choir (1928-45), fondé et dirigé par Frederick Lord; le Cockshutt Male Choir (1935-60), dirigé par Frank Holton, G.A. Smale et Lansing MacDowell; les Smale's Varié Singers (1937-45); et le Frank Holton Mixed Choir et Ladies Choir. L'OS de Brantford (voir Orchestres) fut formé en 1949.

Brantford est le lieu de naissance du parolier Alfred Bryan (1871-1958) - auteur des chansons « Peg O' My Heart » et « Come Josephine in My Flying Machine » -, du pédagogue Philip Cady Hayden, de l'auteur de chansons Wade Hemsworth et de la soprano Phyllis Mailing. En octobre 1909, une réunion tenue à Brantford par Albert Ham et plusieurs organistes de la ville mena à la fondation en décembre de la Canadian Guild of Organists (devenue CCO puis CRCO). Lors d'un concert en plein air, tenu le 3 août 1978 sur une île de la rivière Grand et destiné à recueillir des fonds pour rénover le théâtre Capitol, l'orchestre des Boston Pops, dirigé par Arthur Fiedler, donna son premier concert au Canada depuis 20 ans devant un auditoire évalué à 30 000 personnes. Bien que le concert ait attiré un grand nombre de spectateurs, en tant qu'événement pour une collecte de fonds, ce fût un échec; la restauration du théâtre n'eût donc pas lieu, jusqu'à ce que la ville achète la propriété en 1985. Le théâtre fut alors rénové et retrouva son élégance des années 1920, au coût de 6 000 000 $; rebaptisé Sanderson Centre for the Performing Arts, il rouvrit ses portes en septembre 1990 où se produit l'OS de Brantford.