Bowen, Gail

Gail Bowen, romancière (Toronto, Ont., 22 sept. 1942). Gail Bowen grandit à Toronto où elle raconte qu'elle a appris à lire sur des pierres tombales du Prospect Cemetery. Cette fascination précoce pour la mort explique peut-être qu'elle soit devenue l'auteure de la série policière à succès Joanne Kilbourn. Bowen obtient un baccalauréat de l'Université de Toronto, une maîtrise de l'Université de Waterloo et commence un doctorat à l'Université de la Saskatchewan. Après avoir enseigné pendant plusieurs années dans des campus ouverts partout en Saskatchewan, Bowen se joint au département d'anglais du Saskatchewan Indian Federated College de l'Université de Regina (maintenant connu comme l'Université des Premières Nations du Canada). Bowen travaille également comme chroniqueuse des arts à la radio de la SRC à Regina.

Le premier livre de Bowen, 1919: The Love Letters of George and Adelaide (1987, écrit en collaboration avec Ron Marken), est un roman épistolaire qui raconte la relation entre deux garçons de ferme de la Saskatchewan blessés au combat pendant la Première Guerre mondiale et une jeune infirmière de Toronto de 19 ans qui devient leur amie. Bowen et Marken en écrivent une adaptation pour la scène intitulée Dancing in Poppies, qui est jouée pour la première fois au Globe Theatre de Regina en 1993. En 1994, le Globe Theatre produit la pièce de BowenThe Tree.

Bowen adapte au théâtre plusieurs classiques de la littérature pour enfants. Son adaptation de Beauty and the Beast est d'abord produite au Globe Theatre en 1993. Son adaptation de Peter Pan (1997) est jouée dans des théâtres partout au pays. Son radio théâtre, The Voyage of Doctor David Doolittle, est produit par la radio de la SRC en 2006.

Gail Bowen est surtout connue pour sa série de romans policiers dont l'action se déroule en Saskatchewan et qui mettent en scène la détective amateure Joanne Kilbourn, une professeure de science politique, veuve et mère de trois adolescents. Dans le premier livre, Deadly Appearances (1990), Kilbourn, qui rédigeait des discours pour un politicien des Prairies qui a été assassiné, éclaircit les circonstances étranges entourant la mort de son employeur. Dans Murder in the Mendel (1991), elle plonge dans le monde de l'art contemporain de Saskatoon, et dans The Wandering Soul Murders (1992), elle enquête sur la prostitution juvénile. Le quatrième titre de la série, A Colder Kind of Death, remporte le prix Arthur Ellis du Crime Writers of Canada (1994). Dans ce roman, Kilbourn elle-même est suspectée lorsqu'un membre de la famille de l'homme qui a tué son mari de nombreuses années plus tôt est trouvé mort. D'autres livres de la série approfondissent le système de justice pénale : un juge est brutalement assassiné dans Verdict in Blood (1998) et le suicide d'un avocat sert d'amorce à l'intrigue de The Last Good Day (2004). A Killing Spring (1996) et Burying Ariel (2000) mettent en scène des meurtres perpétrés sur un campus et dont les victimes sont des collègues universitaires de Kilbourn. Le dixième livre de la série Joanne Kilbourn, The Endless Knot, est publié en 2006.

Les adeptes de Bowen admirent le portrait réaliste et dynamique de sa protagoniste d'âge moyen qui lutte pour résoudre des crimes, mais qui doit aussi relever les défis domestiques quotidiens auxquels sont confrontées les familles contemporaines. Bowen s'attaque aussi à de grandes questions sociales, allant du harcèlement sexuel et du racisme à la politique féministe et à l'exploitation que font les cinéastes de leurs sujets. On fait également l'éloge de Bowen pour ses descriptions évocatrices du temps et du paysage des Prairies canadiennes. Six livres de la série Joanne Kilbourn sont adaptés en films pour la télévision et mettent en vedette Wendy CREWSON. Bowen écrit aussi un radio théâtre inspiré d'un des personnages récurrents de la série; The world according to Charlie D. est diffusé à la radio de la SRC en 2006.