Bonnie Sherr Klein, directrice, productrice, auteure, conférencière spécialiste de la motivation, activiste en matière de défense des droits des personnes handicapées (Philadelphie, Penn., 1er avril 1941). Bonnie Sherr Klein est une cinéaste primée expérimentée, reconnue principalement pour son documentaire passionnant de l'Office national du film Not A Love Story : A Film About Pornography (1981) (trad. C'est surtout pas de l'amour : un film sur la pornographie). En 1987, à l'âge de 46 ans, Sherr Klein survit à deux accidents vasculaires cérébraux subits consécutivement, ce qui entraîne quatre années de réhabilitation intense et change sa carrière cinématographique pour inclure l'activisme, l'écriture et la communication orale au nom des personnes handicapées. Sherr Klein est la mère de l'auteure reconnue internationalement Naomi Klein qui a écrit No Logo : Taking Aim on the Brand Bullies (trad. No Logo : La Tyrannie des marques).

Sherr Klein obtient un baccalauréat ès arts du Collège Barnard en 1961 et une maîtrise en communication de l'Université Stanford en 1966, se spécialisant en cinéma, en radiotélévision et en théâtre. Après avoir travaillé dans un film aux États-Unis pendant une année, Sherr Klein émigre au Canada et, à Montréal, elle se joint au programme Construire demain de l'ONF qui, par la production de films, jette la lumière sur des problèmes sociaux. Elle travaille à titre de rédactrice d'observations, de rédactrice, de directrice et de productrice de plusieurs documentaires de courte durée et sur une série de documentaires en cinq parties intitulée Organizing for Power : The Alinsky Approach qui est axée sur la méthode de Saul Alinsky, activiste social américain, aux fins d'organisation des groupes communautaires dans l'action.

En 1970, Sherr Klein retourne aux États-Unis pendant que son mari, qui est médecin, termine son postdoctorat. Empruntant au modèle du programme Construire demain, Sherr Klein, pionnière dans l'accès à la vidéo, fonde Portable Channel, une médiathèque et un centre documentaire accessible à la communauté, et elle forme des non-diplômés sur la façon de créer leurs propres émissions pour Homemade TV, une série locale de PBS à Rochester, New York.

Sherr Klein revient à Montréal en 1975 et se joint au Studio D, la division réservée aux femmes de l'ONF, produisant et dirigeant plusieurs documentaires, y compris Patricia's Moving Picture (1978), un témoignage personnel du passage d'une femme dans la crise de la quarantaine. Cependant, son film le plus populaire et le plus controversé est Not A Love Story : A Film About Pornography (trad. C'est surtout pas de l'amour : un film sur la pornographie) qui définit le mieux son style de direction de documentaires. Sherr Klein et la strip-teaseuse Lindalee Tracy enquêtent, à l'aide de la caméra, sur le monde de la pornographie auquel le film s'oppose. Bien que les auditoires trouvent les résultats instructifs, certains critiques observent le point de vue unilatéral du film. Ironiquement, le film est banni en Ontario pour son contenu pornographique, la vraie pornographie dont l'offre aux consommateurs soulève l'opposition si passionnée des cinéastes. Cependant, il reste l'un des films portés le plus souvent à l'écran. On compte parmi les autres documentaires que Sherr Klein a aidé à créer au Studio D, Dark Lullabies (1985) et la série Speaking Our Peace (1985).

En 1987, sa vie et son travail sont changés irrévocablement par deux accidents vasculaires cérébraux, après lesquels elle souffre du « syndrome de déafférentation motrice », un trouble neurologique rare qui laisse ses victimes entièrement conscientes, mais incapables de parler ou de bouger. Après les trois années de réhabilitation nécessaires pour qu'elle retrouve l'usage de la parole et apprenne à se servir d'un scooter motorisé qu'elle a appelé Gladys, Sherr Klein apparaît comme une activiste passionnée des droits des personnes handicapées et publie Slow Dance : A Story of Strokes, Love and Disability (1997, écrit avec Persimmon Blackbridge).

Sherr Klein déménage à Vancouver et devient l'un des organisateurs de KickArt!, un festival de Vancouver qui célèbre les arts et la culture des personnes handicapées. Son premier film depuis les accidents vasculaires cérébraux est un documentaire Shameless: The Art of Disability (2006), appuyé par l'ONF, traite de la vie des cinq artistes handicapés, conçu pour briser les stéréotypes sur l'incapacité et donner un nouveau rôle aux personnes handicapées à titre de personnes vivantes et entièrement productives.

Notons parmi ses prix, le Woman of Distinction Award de la YWCA (1996), le VanCity Book Prize (1997) et le Prix du gouverneur général (2004) en commémoration de l'affaire < >, honorant les contributions exceptionnelles de femmes envers l'avancement de l'égalité des femmes. Un doctorat honorifique en sciences juridiques lui a été décerné par l'Université Ryerson en juin 2003.