Blessures dues au froid

Introduction
Les blessures décrites ci-dessous sont liées au refroidissement du corps ou d'une partie du corps. Le froid a pour principaux effets de réduire l'activité métabolique des tissus affectés, augmentant ainsi la viscosité des liquides, en particulier du sang, et de réduire l'efficacité du système nerveux. Lorsque le gel survient, des cristaux de glace se forment en premier dans les compartiments intracellulaires. Les premières réactions de l'organisme face au refroidissement sont de réduire la circulation sanguine aux extrémités et d'augmenter le métabolisme au moyen de frissons. Les blessures les plus courantes dues au froid sont l'hypothermie et les engelures du premier au troisième degré.

Hypothermie

L'hypothermie peut se définir comme une chute de la température corporelle « au-dessous de la normale », qui est de 37,5 °C. Un début d'hypothermie et des frissons peuvent survenir lorsque la température du corps descend à 36 °C. Si elle chute encore, l'hypothermie varie de modérée à grave. Elle peut causer la perte de conscience lorsque la température interne descend à 30 °C, et une température corporelle de 24 °C peut être mortelle.

Les symptômes de l'hypothermie sont progressifs. Ils commencent par un léger frisson, la perte de la motricité fine, l'engourdissement et se transforment en tremblements violents, perte de contrôle des grands muscles, amnésie, confusion et incohérence du langage, puis finalement en perte de conscience et rigidité musculaire. Au bout du compte, la mort est causée par une défaillance cardio-respiratoire. Pour détecter un début d'hypothermie, on peut essayer d'attacher ses lacets ou de toucher son petit doigt avec le pouce.

Pour traiter un début d'hypothermie, il importe de se mettre à l'abri du froid. Il faut ensuite boire une boisson chaude et sucrée et mettre des vêtements secs. Les secouristes doivent commencer par réchauffer le tronc de la personne. Un réchauffement rapide des extrémités peut provoquer une rechute de la température interne et la reprise du refroidissement des organes internes. Un sauveteur qui s'y connaît peut tenter de réchauffer le corps d'une personne atteinte d'hypothermie modérée à grave à l'aide de plusieurs serviettes humides et tièdes ou de bouillottes, enveloppées dans des serviettes, appliquées uniquement à l'aine, aux aisselles et dans le cou. L'hypothermie grave constitue une urgence médicale qui exige une hospitalisation immédiate!

L'hypothermie se produit le plus souvent lorsque le temps est humide et venteux et que la température est fraîche. Elle peut s'installer lentement durant une journée d'activité en plein air ou rapidement dans le cas d'une immersion dans l'eau froide. La progression lente de l'hypothermie durant les activités de plein air est fréquemment due à des vêtements inadéquats pour le temps, à une consommation insuffisante d'aliments énergétiques par rapport à l'activité exercée ainsi qu'à la déshydratation. Pour prévenir l'hypothermie, il suffit donc d'apporter des vêtements protecteurs et adaptés aux pires conditions météorologiques escomptées, de consommer des aliments énergétiques pendant l'activité et de boire une quantité suffisante de liquides. Il est préférable de porter plusieurs couches de vêtements protecteurs et celle du dessus devrait être imperméable ou devrait protéger du vent. Il faut pouvoir ajouter ou enlever des couches de vêtements de façon à maintenir une température corporelle légèrement au-dessus de la normale. Il faut éviter de transpirer abondamment, puisque les vêtements trempés sont moins isolants. Pour les activités aquatiques, il peut être nécessaire de porter un vêtement isothermique entièrement ou partiellement étanche.

Gelure au premier degré

L'engelure au premier degré se définit comme un gel des seules couches tissulaires superficielles de la peau et n'affecte qu'une petite partie d'une joue, d'un lobe d'oreille, des doigts ou des orteils. Ce type d'engelure est réversible. La peau est blanche et caoutchouteuse, mais peut encore être compressible. La région affectée est engourdie. On peut la traiter en appliquant la région atteinte contre un endroit tiède de la peau ou en y soufflant de l'air tiède. Par exemple, on peut placer sa main chaude sur la joue ou placer ses orteils gelés sur l'estomac chaud d'une autre personne. Ne pas frotter ou masser les tissus gelés, car les cristaux de glace pourraient alors affecter les structures cellulaires voisines.

Engelure au deuxième et troisième degré

Ce type d'engelure implique un gel plus profond des couches tissulaires de la peau, dans une région plus grande que dans le cas d'une engelure au premier degré. Une engelure au deuxième et troisième degré peut aller jusqu'au gel des tissus musculaires ou osseux sous-jacents. La peau est blanche et rigide. Lorsque la région est réchauffée, elle enfle et est décolorée puis devient extrêmement douloureuse. Dans le cas de petits groupes en pleine nature, il peut être préférable de laisser le pied gelé (partie le plus souvent affectée), jusqu'à l'arrivée à l'hôpital. Il a été signalé dans bien des cas que les personnes affectées pouvaient continuer à marcher sur un pied gelé, mais que cela leur devenait impossible lorsque la région affectée est réchauffée. Il est très important de s'assurer que la personne n'est pas également victime d'hypothermie, auquel cas il deviendrait urgent de la traiter.

Sauf dans le cas de températures extrêmement froides, les personnes atteintes d'engelures souffrent également d'hypothermie à divers degrés. La prévention des engelures est donc semblable à celle de l'hypothermie. De plus, les groupes faisant des activités en plein air durant l'hiver devraient se jumeler deux par deux afin d'effectuer une vérification régulière pour prévenir les engelures sur les parties découvertes. Chaque personne doit s'auto-examiner afin de détecter le refroidissement de ses extrémités, l'humidité ou l'engourdissement. Lorsqu'une engelure ou un symptôme d'hypothermie est décelé, les groupes de plein air doivent cesser leur activité, traiter la région affectée ou le symptôme, de même qu'appliquer d'autres mesures préventives avant de continuer leur activité. Il peut s'agir simplement de réchauffer un lobe d'oreille gelé et de mettre un bandeau, mais cela peut aller jusqu'à trouver un abri, arrêter pour faire sécher ses chaussures et ses chaussettes, réchauffer ses orteils, prendre une boisson chaude et sucrée et mettre des vêtements plus chauds.