Sir Edward Belcher, arpenteur maritime, explorateur (né le 27 février 1799 à Halifax, en Nouvelle-Écosse; décédé le 18 mars 1877 à Londres, en Angleterre). En sa qualité d’arpenteur maritime, il prend part à des expéditions britanniques d’envergure dans le détroit de Bering, en Afrique, dans les Amériques et en Extrême-Orient. Sir Edward Belcher est un officier doué, mais querelleur et vindicatif. En 1852, il est nommé responsable de cinq navires afin de mener une mission à la recherche de sir John Franklin.

L’expédition de sir Edward Belcher parvient à sauver le capitaine Robert McClure et son équipage, qui s’étaient enlisés trois hivers au cours de leurs propres recherches. Les navires de l’expédition de recherche se retrouvent cependant pris au piège dans la glace; à l’été 1854, sir Edward Belcher décide donc d’abandonner quatre d’entre eux. De retour en Angleterre, il est traduit devant le tribunal militaire, mais finira par être acquitté. Il consacre alors le reste de sa vie à des travaux littéraires et scientifiques. (Voir aussi Archipel de Belcher.)

Jeunesse et carrière

Sir Edward Belcher naît à Halifax, en Nouvelle-Écosse, au sein d’une famille aisée. Son grand-père, Jonathan Belcher, est juge en chef de la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse entre 1754 et 1776 et lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-Écosse de 1761 à 1763.

Sir Edward Belcher se joint à la marine royale en tant que volontaire en 1812 et est nommé lieutenant en 1818, après avoir servi dans la Méditerranée. De 1826 à 1828, il est aide-arpenteur sous les ordres du commandant Frederick William Beechey lors d’une expédition dans le détroit de Bering, à bord du NSM Blossom.

Il est nommé commandant en 1829, menant des navires le long de la côte africaine et de la mer d’Irlande. Sir Edward Belcher rédige A Treatise on Nautical Surveying (1835), qui sert de livre de référence pendant des années. Il arpente plus tard la côte Pacifique, voyage au cours duquel il corrige sur les cartes la position du mont St. Elias et réalise une étude préliminaire du détroit de Nootka. Il est perçu comme un homme mauvais et doté d’un caractère difficile par les officiers et les membres de l’équipage, ce qui les empêche de reconnaître ses exploits à leur juste valeur. Il reçoit néanmoins l’Ordre du Bain en 1841 et est sacré chevalier en 1843.

1852 à 1854 : Expédition dans l’Arctique

Malgré sa mauvaise réputation en tant que commandant, sir Edward Belcher est nommé chef d’une expédition de cinq navires partant à la recherche de sir John Franklin. En effet, celui-ci et son équipage disparaissent en 1845 alors qu’ils cherchent le passage du Nord-Ouest. Il s’agit de la plus importante expédition envoyée par le gouvernement britannique à la recherche de sir John Franklin. Elle est composée du NSM Assistance, du NSM Resolute, du NSM Pioneer, du NSM Intrepid et du NSM North Star. Tandis qu’il traverse le canal Wellington, sir Edward Belcher devient le premier Européen à apercevoir l’île Exmouth, le nord de l’île Cornwall et un canal (que l’on nommera plus tard en son honneur) menant jusqu’au détroit de Jones. L’expédition ne parvient hélas pas à retrouver sir John Franklin, mais elle sauve le capitaine Robert McClure et ses hommes du NSM Investigator, pris dans la baie Mercy. À l’été 1854, sir Edward Belcher décrète qu’il est temps de retourner en Angleterre, puisqu’il ne souhaite pas passer un troisième hiver coincé dans la glace. Il reste sourd aux protestations de son équipage et ordonne que l’on abandonne quatre des cinq navires, pour reprendre la route vers son pays dans le cinquième avec ses hommes.

Sir Edward Belcher est amené devant un tribunal militaire pour avoir déserté les navires et est en fin de compte innocenté lorsqu’il prouve qu’il a agi selon les ordres qu’il avait reçus. Il souligne qu’il était impossible pour lui de savoir si les navires pourraient être libérés de la glace à temps pour reprendre le chemin du retour avant l’hiver. L’un des navires laissés derrière, le NSM Resolute, est plus tard retrouvé par les États-Unis qui le font parvenir au gouvernement britannique comme cadeau en 1856. Sir Edward Belcher écrit The Last of the Arctic Voyages (1855), un ouvrage dans lequel il explique sa décision, ce qui n’arrange en rien l’opinion populaire selon laquelle il était un mauvais candidat pour servir de chef à l’expédition désastreuse.

Sir Edward Belcher ne prendra plus jamais part à des expéditions de la marine royale, mais passe du rang de chevalier à l’Ordre du Bain en 1867 avant d’être nommé amiral en 1872 grâce à son ancienneté. Il meurt en 1877. Point Belcher en Alaska, l’archipel de Belcher et le détroit de Belcher au Nunavut sont tous nommés en son honneur.