Louise Beaudoin, O.Q., femme politique et professeure (née le 26 septembre 1945 à Québec, Québec). Ministre dans les gouvernements de Jacques Parizeau, de Lucien Bouchard et de Bernard Landry, Mme Beaudoin a joué un rôle de premier plan dans les relations internationales du Québec, plus particulièrement dans ses relations diplomatiques avec la France.

Formation et début de carrière

Native de Québec, Louise Beaudoin est la fille de Jean-Robert Beaudoin, juge à la Cour supérieure du Québec, et de Louise Des Rivières. Titulaire d’une maîtrise en histoire de l’Université Laval et d’une licence en sociologie de l’Université de la Sorbonne, Mme Beaudoin est responsable de la coopération à l’École nationale d’administration publique (ENAP) avant de remplir la fonction stratégique de directrice de cabinet du ministre des Affaires intergouvernementales du Québec, Claude Morin, de 1976 à 1981.

Elle occupe ensuite le poste de directrice des Affaires françaises au ministère des Relations internationales de 1981 à 1983, puis celui de déléguée générale du Québec à Paris de 1984 à 1985. À son retour de France, elle cumule brièvement les fonctions de ministre des Affaires internationales du Québec.

Après la victoire du Parti libéral du Québec en 1985, Mme Beaudoin fait le saut dans le monde des affaires en devenant chargée de mission pour Canadair en Europe. Elle est ensuite directrice de la Distribution, du Marketing et des Affaires internationales chez Téléfilm Canada de 1987 à 1990, puis directrice de la Société du Palais de la civilisation de Montréal de 1990 à 1992 et vice-présidente au Développement des marchés chez Raymond Chabot International de 1992 à 1994.

Ministre des Relations internationales du Québec

Élue députée du Parti québécois (PQ) dans la circonscription de Chambly en 1994, puis à nouveau en 1998, Louise Beaudoin a exercé de nombreuses responsabilités ministérielles. Ministre déléguée aux Affaires intergouvernementales canadiennes du 26 septembre 1994 au 2 août 1995, elle devient après cette date ministre de la Culture et des Communications, puis responsable de l’Autoroute de l’information (ou inforoute) de janvier 1996 à décembre 1998. Après les élections générales de 1998, elle est nommée ministre des Relations internationales et ministre responsable de la Francophonie. Elle est également ministre responsable de la Charte de la langue française à partir d’août 1995.

Lors des élections générales de 2003, Mme Beaudoin est défaite dans la circonscription de Chambly. Elle poursuit donc une carrière universitaire comme professeure associée au département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), comme chercheure associée au Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) et, à partir de 2004, comme chercheure associée à la Chaire de recherche du Canada en mondialisation, citoyenneté et démocratie.

À l’automne 2003, et à nouveau aux printemps 2004 à 2008, elle est professeure invitée à l’Université Jean-Moulin de Lyon. En 2007, elle quitte l’UQAM et devient membre associée du Centre d’études et de recherches internationales (CÉRIUM) de l’Université de Montréal, où elle est coordonnatrice du Réseau francophonie.

Un bref retour en politique

Élue députée du Parti québécois dans Rosemont en 2008, Mme Beaudoin est nommée vice-présidente de la Commission de la santé et des services sociaux en 2010. En juin 2011, elle est parmi les cinq députés qui quittent le PQ pour siéger comme indépendants. Tout comme Pierre Curzi et Lisette Lapointe (l’épouse de Jacques Parizeau), elle s’oppose au projet de loi 204 mis de l’avant par la députée de Québec, Agnès Maltais, en vue de protéger d’éventuelles poursuites judiciaires l’entente entre Québécor Inc. et la Ville de Québec sur la gestion du nouvel amphithéâtre. Elle réintègre le caucus le 3 avril 2012, mais ne se présente pas aux élections générales qui se tiennent à la fin de l’été.

Bien qu’ayant quitté la politique active, Mme Beaudoin prend part occasionnellement aux débats publics, tant au Québec que dans l’espace francophone. Elle se prononce notamment sur les questions de la laïcité et de la diversité linguistique, de même que sur l’avenir du Parti québécois à la suite de sa défaite du printemps 2014. Depuis 2014, elle est chroniqueuse invitée au Journal de Montréal. Elle est aussi l’auteure ou la co-auteure de plusieurs articles et ouvrages portant sur les relations internationales du Québec, la langue française et la francophonie.

Le fonds Louise Beaudoin est conservé au Centre d’archives du Vieux-Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Prix et récompenses

Officier de la Légion d’honneur, gouvernement de la France (1986)

Commandeur de l’Ordre de la Pléiade, Assemblée parlementaire de la Francophonie (2000)

Commandeur de l’Ordre national de la Légion d’honneur, gouvernement de la France (2004)

Médaille Gloire de l’Escolle, Université Laval (2008)

Prix Diversité culturelle, Coalition française pour la diversité culturelle (2012)

Officier de l’Ordre national du Québec (2014)