Bande

La bande constitue partout dans le monde une forme fondamentale de groupement résidentiel local dans les sociétés traditionnelles simples basées sur la chasse et la cueillette. Avant que les Européens colonisent le Canada, on compte 26 sociétés organisées en bandes : les inuits, plusieurs sociétés athapascanes (Nations dénées), plusieurs sociétés alonquiennes dans le Nord et les béothuks. Les bandes locales se composent essentiellement de plusieurs familles, ordinairement de 20 à 50 personnes, qui vivent et travaillent ensemble de manière coopérative et égalitaire en partageant à peu près toutes les ressources alimentaires. La taille et la composition de ces groupes locaux fluctuent en fonction de facteurs comme la disponibilité du gibier et les mouvements de population associés aux mariages. Au cours du cycle annuel de chasse, de pêche et de cueillette de végétaux, il arrive souvent que plusieurs de ces bandes locales se rassemblent une ou deux fois l'an pour des festivités regroupant plusieurs centaines de personnes (voir Pow-wow et Danse du soleil).

Le gouvernement canadien utilise aujourd'hui le terme bande pour décrire l'unité locale qu'administre le ministère des Affaires autochtones et du développement du Nord canadien. Ces unités incluent les dizaines de sociétés autochtones complexes qui étaient traditionnellement organisées non pas en bandes, mais en tribus ou en chefferies. Il existe plus de 600 de ces bandes administratives modernes, qui fonctionnent comme de petites municipalités autochtones et sont gérées par des conseils de bande élus selon la Loi sur les indiens du Canada. Ces bandes ne correspondent pas toujours au regroupement culturel et linguistique des peuples autochtones.

Voir aussi Autochtones, Démographie des; Réserve indienne.