Prolongement sud de la BAIE D'HUDSON, la baie James est large d'environ 160 km entre la pointe Louis-XIV, sur la côte Est, et le cap Henrietta-Marie, à l'ouest. La frontière Québec-Ontario se trouve à la tête de la baie et ses nombreuses îles sont administrées par les Territoires du Nord-Ouest, mais font maintenant partie du territoire du Nunavut. L'île Akimiski, d'une superficie de 3001 km2, est la plus grande. En 1610, Henry HUDSON découvre la baie; son nom vient de Thomas JAMES qui y pénètre en 1631 et passe un hiver difficile dans l'île Charlton. Pendant longtemps, la baie est un important centre de traite des CRIS qui transportent des fourrures sur les nombreuses rivières drainant la région environnante. Les plus importantes rivières, de l'est à l'ouest, sont la GRANDE RIVIÈRE, la EASTMAIN, la RUPERT, la Nottaway, la Harricana, la MOOSE, l'ALBANY et l'ATTAWAPISKAT. Fort Rupert, MOOSE FACTORY et Fort Albany, à l'embouchure des rivières des mêmes noms, furent d'importants postes de traite de la Compagnie de la baie d'Hudson. MOOSONEE, en Ontario, le plus grand lieu habité de la région, constitue le terminus Nord de la compagnie de chemin de fer Ontario Northland. Il existe des établissements autochtones à Chisasibi (autrefois Fort George), à Eastmain et à Attawapiskat. Le parc provincial de l'Ours polaire, en Ontario, longe la côte Nord-Ouest.

Voir aussi JAMES, PROJET DE LA BAIE.