Arcand, Denys

Denys Arcand, cinéaste (Deschambault, Québec, 25 juin 1941). L'un des cinéastes québécois les plus politisés, il travaille d'abord pour PARTI PRIS avant de faire des études en histoire à l'Université de Montréal, où il co-dirige avec Denis HÉROUX et Stéphane Venne, Seul ou avec d'autres(1962). Il se joint à l'Office national du film (ONF) en 1963. Son long métrage documentaire sur l'industrie du textile, On est au coton(1970), suscite une telle controverse qu'on en interdit la distribution pendant six ans.

Il réalise un autre excellent documentaire, Québec : Duplessis et après(1971), avant de quitter l'ONF pour le secteur privé. La Maudite Galette(1972), Réjeanne Padovani(1973) et Gina(1974) expriment sur la société québécoise des opinions originales qui donnent certainement à réfléchir. Ces trois œuvres s'inspirent des films noirs classiques, mais les conventions en sont souvent transformées. Il passe ensuite à la télévision, où il écrit le scénario de la série Duplessis pour Radio-Canada et réalise trois épisodes de Empire Inc. Il retourne à l'ONF pour réaliser un documentaire sur le référendum de 1980, Le Confort et l'indifférence(1982), qui traduit un cynisme de plus en plus marqué face à la machine politique et qui remporte le Prix de la critique québécoise.

Après une interruption de dix ans, il revient au film commercial avec Le Crime d'Ovide Plouffe (1984), puis obtient un succès foudroyant avec sa comédie de mœurs, LE DÉCLIN DE L'EMPIRE AMÉRICAIN(1986), lequel lui vaut de nombreux prix, y compris le prestigieux Prix de la critique française au Festival du film de Cannes. Les critiques de films new-yorkais le proclament Meilleur film étranger en 1986. Aux Génies, en 1987, il remporte les prix du Meilleur film, de la Meilleure mise en scène et du Meilleur scénario original. Il est aussi mis en nomination dans la catégorie du Meilleur film étranger par l'Academy of Motion Picture Arts and Science.

Avec Jésus de Montréal(1989), D. Arcand confirme sa réputation internationale et remporte au Festival du film de Cannes le Prix du jury. Il remporte aussi dix prix Génie, y compris celui du Meilleur film et de la Meilleure mise en scène.

Denys Arcand se tourne vers la production de langue anglaise pour essayer de percer dans un marché international plus vaste. Son premier long métrage en anglais, Love and Human Remains(1993; v.f. De l'amour et des restes humains), est suivi de Stardom(2000), un film qui étudie le monde de la mode. Ni l'un ni l'autre de ces films n'a la subtilité et la texture de ses films précédents.

L'immense succès des Invasions barbares(2003), qui marque à la fois un retour au français et aux personnages du Déclin de l'empire américain, montre que Denys Arcand n'a rien perdu de son pouvoir d'observation. Ce film obtient deux prix au Festival de Cannes (le prix du scénario et le prix d'interprétation féminine pour Marie-Josée Croze), il obtient aussi celui du meilleur long métrage canadien lors du Festival international du film de Toronto ainsi que le fameux Oscar du meilleur film étranger.

En 2005, Denys Arcand est nommé Compagnon de l'ORDRE DU CANADA, mérite qui rend hommage à ceux et celles qui se sont mérité la reconnaissance de leurs exploits exceptionnels, d'une importance tant nationale qu'internationale.