Alexina Diane Louie, O.C., O. Ont., MSRC, compositrice, pianiste, enseignante (née le 30 juillet 1949 à Vancouver, C.-B.). Alexina Louie est l’une des compositrices les plus célébrées au Canada pour sa musique imaginative et spirituelle mélangeant les influences asiatiques et occidentales. Ses compositions lui valent de nombreux prix, dont plusieurs prix Juno et SOCAN, et une grande popularité auprès des amateurs de concerts. Ses œuvres les plus connues sont Scenes from a Jade Terrace (1988), Music for Heaven and Earth (1990) et Bringing the Tiger Down from the Mountain II (2004). Elle est officier de l’Ordre du Canada et membre de l’Ordre de l’Ontario et de la Société royale du Canada.

Enfance et éducation

Alexina Louie commence des leçons de piano dès l’âge de 7 ans avec Jean Lyons. Elle étudie plus tard à l’Université de Colombie-Britannique l’histoire de la musique et le piano sous la tutelle de Barbara Custance et Frances Marr Adaskin et la composition auprès de Cortland Hultberg. Elle gagne sa vie en jouant le piano aux hôtels Devonshire et Georgia à Vancouver jusqu’à ce qu’elle obtienne une bourse, la Regent’s Fellowship, de l’Université de Californie à San Diego, où elle fait des études supérieures en composition avec Robert Erickson et Pauline Oliveros (1970-74).

Elle devient membre, entre 1971 et 1974, du Women’s Ensemble à San Diego, un groupe de méditations par le son et le mouvement. Cette exploration des aspects moins tangibles de la musique influence grandement son approche en tant que compositrice. Elle étudie également la musique asiatique et la tradition chinoise (voir Musique chinoise au Canada) avec Tsun-Yuen Lui.

Alexina Louie enseigne le piano, la théorie et la musique électronique au Pasadena City College (1974-80) et au Los Angeles City College (1976-80). La plupart de ses premières compositions réunissent des éléments de la musique asiatique et des techniques d’avant-garde (par exemple, la pièce électronique Molly cherche à rendre « humain » le son électronique). Lotus (1977), commissionnée par Days Months and Years to Come, plus connu sous le nom Magnetic Band, et Lotus II (1978) incorporent des éléments sonores et structurels de groupes de gamelans indonésiens.

Compositions et carrière, de 1980 à 2000

En 1980, Alexina Louie revient au Canada et s’installe à Toronto. Là, elle concentre sa carrière sur la composition, même si elle enseigne occasionnellement la théorie et la composition au Royal Conservatory of Music, à l’Université York et à l’Université Western Ontario. Après la composition de Refuge (1981) une commande de la CBC pour l’accordéoniste Joseph Macerollo et d’Incantation (1980), à la demande du Conseil des arts pour Music Inter Alia, Alexina Louie devient très populaire pour ses œuvres symphoniques et de chambre qui ont été jouées à de nombreuses reprises au Canada et ailleurs. En 1983, elle est la directrice fondatrice de l’Esprit Orchestra de Toronto.

Parmi les autres commissions qu’elle compose à cette époque, on compte Music for a Thousand Autums (1983) pour la Société de musique contemporaine du Québec, Concerto for Piano and Orchestra (1984) pour la CBC, The Ringing Earth (1986) pour l’ouverture d’Expo 86 à Vancouver, The Eternal Earth (1986) et Music for Heaven and Earth (1990) pour l’Orchestre symphonique de Toronto (TSO), Star-filled Night (1987) pour la pianiste Christina Petrowska Quilico, Scenes from a Jade Terrace (1988) pour le pianiste Jon Kimura Parker et Thunder Gate (1990) pour le Concours international de musique de Montréal.

Dans les années 1990, elle crée, entre autres, Gallery Fanfares, Arias and Interludes (1992) pour le Musée des beaux-arts de l’Ontario et Shattered Night, Shivering Stars (1997) pour le Centre national des arts et la CBC. En 1999, elle devient la première femme à recevoir le prix Jules-Léger pour la nouvelle musique de chambre pour Nightfall (1997).

La nomination d’Alexina Louie comme compositrice résidente à la Compagnie d’opéra canadienne entre 1996 et 2002 mène à la création de l’opéra complet The Scarlet Princess (livret de David Henry Hwang), dont la première se tient en avril 2002. D’autres opéras suivent, dont Burnt Toast (2002), une série de huit mini-opéras comiques pour la télévision avec des paroles de Don Redican et Toothpaste (1995), opéra tragique de cinq minutes, qui est joué pour la première fois en 2002 par l’Esprit Orchestra.

Compositions au 21e siècle

Les compositions les plus notables d’Alexina Louie au 21e siècle sont String Quarter No. 2, présenté en 2003 au Great Composers Festival à Ottawa, et Bringing the Tiger Down from the Mountain II, présenté en 2004 par l’Orchestre NAC et faisant l’objet d’une tournée. L’année suivante, l’Orchestre NAC joue son Infinite Sky With Birds et, en 2007, le Ballet national du Canada produit son ballet Wolf’s Court, chorégraphié par Matjash Morzewski. Cette production devient la première grande composition canadienne à être présentée au Four Seasons Centre for the Performing Arts de Toronto.

En 2009, Pursuit, un concerto pour orchestre et quatuor à cordes, est joué en première par l’Orchestre symphonique de Toronto et le Tokyo String Quartet. Take the Dog Sled, une composition pour chanteurs de gorge (voir Jeux vocaux inuit), est commissionnée par l’Orchestre symphonique de Montréal pour sa tournée de 2008 au Nunavik, dans la province de Québec. En 2004, elle crée Imaginary Opera, commissionnée par la Société de musique contemporaine du Québec et Radio France. En 2009, The Raven est commandée par le Luminato Festival of the Arts et le Festival international de musique de chambre d’Ottawa et, en 2011, Echoes of Time (basée sur le Quartet for the End of Time d’Olivier Messiaen) est commissionnée pour le Gryphon Trio.

Bandes sonores télévisuelles et cinématographiques

En collaboration avec son mari, le compositeur Alex Pauk, Alexina Louie compose les bandes sonores de plusieurs productions cinématographiques et télévisuelles, dont Last Night (1998) de Don McKellar, le long métrage The Five Senses (1999) et le film pour la télévision After the Harvest (2001) de Jeremy Podeswa, le docudrame Ravel’s Brain (2001) et le long métrage Perfect Pie (2002) de Rhombus Media et plusieurs documentaires de l’Office national du film.

Le couple compose aussi la musique du film Pearls of the Far East (2011), la comédie musicale satirique Mulroney: The Opera (2011, livret de Dan Redican), le documentaire Inside Hana’s Suitcase (2009) et « The Beaver Whisperers » (2013), un épisode de The Nature of Things with David Suzuki à CBC TV.

Style de composition

Les compositions d’Alexina Louie, comme The Eternal Earth et Music for Heaven and Earth, emploient des sons atmosphériques évoquant l’Orient, comme des sons de cloches et de gong souvent produits par de grandes sections de percussionnistes. Un exemple typique de son travail est Winter Music (1989), commissionné par la Vancouver New Music Society, un concerto de chambre pour alto et 11 instruments, véritable tour de force d’émotions, à la fois lyrique, coloré et virtuose faisant un clin d’œil aux percussions Chinoises.

Le compositeur John Rea note un jour le côté nostalgique de la musique d’Alexina Louie. En effet, elle se base sur les structures traditionnelles de ses compositeurs favoris (Bach, Mozart et Mahler) et met l’accent, en utilisant sa langue contemporaine, sur l’expression et la communication. Sa pièce O Magnum Mysterium pour 44 cordes inclut même des citations, ou appropriations, de Bach et du « Der Abschied » de Mahler d’une manière avec ses sons de l’Orient qui n’est pas sans rappeler, par moments, la musique électronique. Jon Kimura Parker écrit dans SoundNotes qu’elle « rejoint les autres à travers son mélange unique et personnel de références orientales et occidentales bien établies. »

Notoriété et honneurs

Alexina Louie reçoit trois prix Jan V. Matejcek Concert Music de la SOCAN qui soulignent son rôle de compositrice la plus jouée au pays. Ses œuvres sont jouées par de nombreux orchestres canadiens, dont l’Orchestre symphonique de Montréal et l’Orchestre philharmonique de Hamilton, les Orchestres symphoniques de San Francisco, de la BBC et de St. Louis, et de nombreux autres. L’orchestre symphonique de Toronto et l’Esprit Orchestra ont aussi présenté ses œuvres en tournée. Le pianiste Jon Kimura Parker joue, en 1991, la pièce Scenes from a Jade Terrace dans le cadre de l’ouverture de l’ambassade canadienne à Tokyo et, en 2013, l’Orchestre NAC présente Bringing The Tiger Down From ter Mountain II à Hong Kong.

Elle a aussi été compositrice invitée du Festival Montréal Symphony Orchestra New Music de l’Université McGill. Entre 2002 et 2007, Alexina Louie (accompagnée de Denys Bouliane et Gary Kulesha) est compositrice résidente avec l’Orchestre du Centre national des arts, avec qui elle part en tournée en Colombie-Britannique et dans l’Ouest canadien. Elle a aussi été en résidence pour le compte du Scotia Festival of Music, le festival Boris Brott et les festivals de musique de Vancouver et de Banff.

Prix

Compositrice de l’année, Conseil canadien de la musique (1986)

Meilleure composition classique (Songs of Paradise), prix Juno (1989)

Prix Jan V. Matejcek Concert Music, SOCAN (1990, 1992, 2003)

Prix Chalmers (Gallery Fanfares), Fonds Chalmers (1994)

Prix Jules-Léger pour la composition (1999)

Meilleure composition classique (Shattered Night, Shivering Stars), prix Juno (2000)

Membre de l’Ordre de l’Ontario (2001)

Doctorat honorifique, Université de Calgary (2002)

Médaille Queen’s Golden Jubilee, gouvernement du Canada (2002)

Prix Louis Applebaum Composers (2002)

Officier de l’Ordre du Canada (2005)

Membre de la Société royale du Canada (2006)

Médaille Queen’s Diamond Jubilee, gouvernement du Canada (2012)