Territoire et population

Autrefois, les Ahousahts étaient une petite nation située sur la côte extérieure de l’île Vargas en Colombie-Britannique. Au début du XIXe siècle, les Ahousahts, à l’aide d’armes à feu obtenues auprès d’autres peuples autochtones apparentés, probablement les Nuchatlahts et Mowachahts, ont conquis la nation Otsosaht, pourtant beaucoup plus nombreuse, et ont occupé leurs territoires sur l’île Flores, le chenal Millar et sur Herbert Inlet. En raison de la guerre, des mariages et d’autres facteurs, les Ahousahts ont absorbé certaines nations avoisinantes, y compris les Otosahts, les Manhousahts de Sydney Inlet et Shelter Inlet, ainsi que les Kelsomahts de la côte est de l’île Vargas. Ces nations ont officiellement fusionné avec les Ahousahts au cours du XXe siècle.

Aujourd’hui, le territoire des Ahousahts est situé entre les terres des Hesquiahts vers le nord et celles de la Première Nation Tla-o-qui-aht vers le sud. Ahousaht, la Première Nation des Nuu-chah-nulth la plus peuplée, compte approximativement 2 000 membres et 25 réserves. Environ un tiers des membres de la Première Nation Ahousaht vivent sur un territoire traditionnel.

Vie traditionnelle

Avant l’arrivée des Européens, les Ahousahts étaient une communauté de pêcheurs. La pêche — plus particulièrement la pêche au saumon — fait d’ailleurs toujours partie intégrante de leur économie. À l’instar des autres nations Nuu-chah-nulth, les Ahousahts voyageaient par canot et à pied pour se rendre sur les territoires de chasse et de pêche.

Organisation sociale

La société des Ahousahts est dirigée par des chefs héréditaires (hawiih) qui sont également responsables des terres et des ressources traditionnelles (hahuulthi). Étant donné que la Loi sur les Indiens ne reconnaît que les chefs élus, la nation des Ahousahts est administrée à la fois avec des chefs élus et des chefs héréditaires. Ce système hybride comprend trois principaux chefs héréditaires, un chef élu et un conseil élu.

Culture

En tant que nation nuu-chah-nulth, les Ahousahts possèdent une culture cérémonielle bien ancrée, caractérisée par l’organisation de festins et de spectacles comprenant chansons, danses, concours et représentations théâtrales (voir Potlatch). L’une des danses cérémonielles populaires exécutées par les Ahousahts lors de réunions sociales est la danse de la pagaie. Les danseurs tiennent des pagaies en bois sculptées à la main et les balancent en rythme, symbolisant le mouvement des pagaies dans les eaux.

La chasse à la baleine était une pratique culturelle significative ainsi qu’une importante activité économique pour les Ahousahts et d’autres peuples autochtones vivant le long de la côte nord-ouest du Pacifique (voir Autochtones : la côte nord-ouest).

Les Ahousahts, comme d’autres Nuu-chah-nulth, sont réputés pour leur superbe menuiserie, y compris les canots, pôles totémiques, maisons multifamiliales et autres produits fabriqués à la main en cèdre fin (voir Art autochtone de la côte nord-ouest). Parmi les artistes bien connus membres de la Première Nation Ahousaht, on retrouve Ike Charlie et Qwaya Sam, qui sont tous deux des sculpteurs.

Religion et spiritualité

Le système de croyances des Nuu-chah-nulth est axé sur un Créateur, ainsi que des esprits dont les pouvoirs peuvent être utilisés pour apporter paix et richesse. Les Nuu-chah-nulth croient que toutes les formes de vie possèdent un esprit, et qu’elles doivent donc être respectées et appréciées. Les chamans assurent la santé spirituelle des gens en pratiquant des médecines ancestrales et des rites curatifs pour guérir les maladies et restituer l’équilibre de l’âme.

Histoire d’origine

Les histoires et légendes des Nuu-chah-nulth relatent leur passé et sont utilisées pour transmettre les connaissances traditionnelles aux générations futures. La plupart de leurs récits des origines font mention du Créateur qui a créé les terres, les eaux, les animaux et les humains. Les histoires des Nuu-chah-nulth ont également tendance à mettre en vedette des personnages culturels importants, comme le Corbeau et le Vison, qui ont tous les deux aidé les gens à s’adapter à leur environnement. (Voir aussi Symbolisme du corbeau).

Langue

Les Ahousahts parlent le nuu-chah-nulth; beaucoup d’entre eux parlent un dialecte connu sous le nom de nuu-chah-nulth central. Selon différentes sources, le nombre de locuteurs s’échelonne entre 115 et 500. (Voir aussi Familles des langues autochtones de la côte du nord-ouest; Nuu-chah-nulth: langue).

Lois et droits traditionnels

Les Ahousahts et autres nations Nuu-chah-nulth possèdent des lois traditionnelles qui ont été remplacées dans le droit canadien par la Loi sur les Indiens. Toutefois, les coutumes du peuple Ahousaht en ce qui conerne le droit et la justice ont survécu et sont toujours utilisées de nos jours. Un cas notoire est survenu en 2010, lorsque des chefs ahousahts ont menacé de bannissement les membres accusés d’abus d’alcool et de drogues s’ils n’acceptaient pas de mener une vie saine. Les chefs autochtones estiment que les lois traditionnelles et autres coutumes culturelles peuvent s’avérer essentielles pour guérir les personnes et les communautés.

Les Ahousahts se sont battus devant les tribunaux provinciaux pour protéger leur droit traditionnel de pêcher. Le 3 novembre 2009, la Cour suprême de la C.-B. a décidé que, dans l’affaire Première Nation Ahousaht contre le Canada, les plaignants autochtones avaient le droit de pêcher sur leur territoire traditionnel et de vendre ces poissons dans les marchés commerciaux. C’est la première affaire portant sur les droits de pêche des Autochtones au Canada qui n’a pas fini par restreindre les droits de pêche à une seule espèce de poisson.

Histoire coloniale

Les nations Nuu-chah-nulth ont eu leur premier contact avec les marchands européens dans les années 1700. La colonisation européenne accrue sur les territoires Nuu-chah-nulth traditionnels vers le XIXe siècle a entraîné le déplacement des Ahousahts et d’autres dans les réserves.

En 1895, l’Église presbytérienne a établi l’École des Ahousahts (devenue un pensionnat pour Autochtones en 1903), juste au sud de la réserve Maktosis. Tout comme dans les autres pensionnats du même genre, on y forçait les étudiants à s’assimiler à la culture des Canadiens blancs chrétiens et à abandonner leurs coutumes et leur langue autochtone. L’école a été incendiée en 1940. La Commission de vérité et réconciliation du Canada travaille présentement à sensibiliser le public sur la sombre histoire des pensionnats indiens au Canada, et elle tente également de rétablir les relations entre les Autochtones et les non autochtones.

Vie contemporaine

Aujourd’hui, la majorité des Ahousahts vivent dans le village de Maaqtusiis (Maktosis), également connu sous le nom d’« Ahousat ». De nombreux membres de la nation ahousaht vivent aussi à Port Alberni, Nanaimo, Victoria et dans d’autres localités sur l’île de Vancouver et au-delà.

Au début de l’année 2010, les Ahousahts ont conclu un partenariat économique avec Cermaq Canada, une entreprise internationale d’élevage du saumon qui exerce ses activités sur le territoire d’Ahousaht. Bien que ces ententes aient suscité une certaine controverse au sein de la communauté, le partenariat vise à rechercher des avantages à long terme pour les deux partis.

Les Ahousahts font également partie du conseil tribal Nuu-chah-nulth (anciennement connu sous le nom de West Coast Allied Tribes), une association fondée en 1958 qui offre divers services à environ 9 500 membres inscrits, y compris les services d’aide à l’enfance, l’éducation, la formation professionnelle et autres programmes socio-économiques qui favorisent la santé et le développement économique.

Le 25 octobre 2015, un bateau d’observation de baleines appelé le Leviathan II a chaviré, noyant six personnes. Les membres des communautés d’Ahousaht et de Tofino ont secouru les survivants en les embarquant dans leurs bateaux et leurs bateaux-taxis. Pour récompenser leur héroïsme, la première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, a remis aux communautés de Tofino et d’Ahousaht la Médaille du mérite civique de la C.-B. au mois d’août de l’année suivante. La première ministre a aussi promis un financement de 50 000 $ pour la préparation et les interventions en cas d’urgence.

Pour remédier au taux de chômage élevé à Ahousaht, la province de la Colombie-Britannique et la Première Nation Ahousaht ont signé une entente économique le 12 août 2016. L’entente vise à fournir 1,25 million de dollars sur cinq ans pour appuyer les chefs d’Ahousaht dans leurs projets d’améliorer les possibilités économiques offertes à leur communauté.