Dans cette affaire, la Cour suprême déclare que le droit à l'autonomie gouvernementale des premières nations de Shawanaga et de Eagle Lake, à supposer qu'il soit inclus dans le paragraphe 35(1) de la Loi constitutionnelle de 1982, ne comprend pas le droit de réglementer les jeux de hasard dans les réserves autochtones. Il doit être interprété comme un droit ancestral, soit comme le droit de pêche, le droit de chasse, etc. Le droit à l'autonomie gouvernementale est donc soumis à des restrictions raisonnables.

Le juge en chef Lamer écrit que la preuve ne démontre pas que les activités de jeux de hasard à gros enjeux dans la réserve faisaient partie de la culture et des traditions distinctes des peuples autochtones concernés, ni qu'ils utilisaient une partie de leur territoire à cette fin.

Il ajoute que pour les fins de l'arrêt, il ne décide pas si le paragraphe 35(1) vise les revendications du droit à l'autonomie gouvernementale.