Abramovitsch Sorel, Ruth

Ruth Elly Abramovitsch Sorel, chorégraphe, danseuse, directrice artistique et professeur (Halle, Allemagne, 18 juin 1907 - Varsovie, Pologne, 1 avril 1974). Au Canada, où elle s'installe en 1944, elle prend le nom de Ruth Sorel mais en Europe, elle est connue sous son nom de naissance, Abramowitz ou Abramovitsch. Pionnière du professionnalisme en danse tant à Varsovie qu'au Canada, les oeuvres de Sorel allient deux tendances contrastées: la nouveauté de la danse expressionniste allemande et la discipline du ballet. D'ailleurs sa troupe montréalaise alterne entre l'appellation Les Ballets Ruth Sorel ou le Ruth Sorel Modern Dance Group. Après des études en rythmique Dalcroze, cette Polonaise d'origine fait partie de la troupe de Mary Wigman à Dresde (1923-1928). De 1927 à 1933, elle est soliste à l'Opéra municipal de Berlin, se distinguant particulièrement dans le rôle de La légende de Joseph. Congédiée par les nazis pour son ascendance juive et ses tendances communistes, elle profite du concours international de danse solo de Varsovie pour émigrer. Lors de cette rencontre, elle remporte le premier prix d'interprétation pour son expressivité dans La danse de Salomé; elle finance, avec son partenaire George Groke, une tournée en Palestine et aux États-Unis tout en enseignant et dirigeant l'école supérieure de danse de Varsovie pendant six ans. De Pologne, elle émigre au Brésil tentant de fonder, sans succès, une académie. On la retrouve à Montréal, en 1944, où elle vient d'immigrer avec son mari, l'auteur Michel Choromanski. Elle ouvre presque aussitôt un studio à Westmount, plus tard à Shawinigan et Trois-Rivières, et présente régulièrement des récitals avec ses élèves les plus doués. Interprète expressive reconnue, elle est aussi louangée par la critique locale et internationale pour ses danses intensément théâtrales de style allemand, son inspiration littéraire et la tension émotive qu'elle livre avec musicalité et précision. Elle représente le Québec lors des premiers festivals pancanadiens de ballet apportant professionnalisme et originalité dans le jeune paysage chorégraphique du pays et participe aux Festivals de Montréal au Chalet de la montagne; elle présente aussi son travail à New York. Ruth Sorel signe également, en 1949, la première chorégraphie à contenu québécois: La Gaspésienne et sa pièce célèbre Mea Culpa Mea Culpa est un mystère médiéval tournant autour d'un pécheur, d'un prêtre et d'un chur grec dont certaines séquences sont incluses dans le documentaire de l'OFFICE NATIONAL DU FILM intitulé Canadian Ballet Festival. Vers 1955, zElle et son époux quittent brutalement le Canada, retournant à Varsovie où elle décède en 1974. Œuvrant au Canada avant que la création ne soit subventionnée, Ruth Sorel fut l' une des pionnières de l'expressionnisme européen au Québec.